« venarbol » ?

– « ven » : c’est pour Veneto / Vénétie
– « arbòl » : c’est « arbre » en vénitien

Ce site vise à vous faire découvrir le fruit de mes recherches généalogiques, qui concernent ma branche paternelle italienne, fortement enracinée dans la province de Trévise, en Vénétie.
Il est aussi destiné à favoriser les contacts avec tous ceux qui sont de près ou de loin rattachés à la ville de Borso del Grappa et aux patronymes Vedovotto, Guadagnin, Gollin, Andreatta et bien d’autres, typiques de la « pedemontana » du Monte Grappa.
Si vous êtes intéressés ou concernés, n’hésitez pas à me contacter par l’intermédiaire du formulaire ou en répondant à l’un des articles du blog.

La phrase écrite sur les photographies du bandeau est extraite de la « Divine comédie » de Dante, et plus précisément du « Paradis ». Elle fait partie d’une strophe du chapitre IX :


    « In quella parte de la terra prava
    italica che siede tra Rïalto
    e le fontane di Brenta e di Piava,
    si leva un colle, e non surge molt’ alto,
    là onde scese già una facella
    che fece a la contrada un grande assalto. »

Dans ce passage, Dante évoque la tyrannie exercée par Ezzelino III (1194-1259) sur la partie de la Vénétie située entre le Rialto (Venise) et les rivières Brenta et Piave, soit précisément la terre qu’ont foulée mes ancêtres.

Pour commencer ce voyage en musique, cliquez sur la touche ci-dessous et écoutez « Gasparone Valzer » par le groupe Calicanto, spécialiste de la musique folk de Vénétie.