V comme VEDOVOTTO

Le patronyme du jour s’est tout naturellement imposé à moi, puisqu’il s’agit du mien ! Il faut dire également que les patronymes commençant par un « V » ne sont pas légion à Borso.

En Italie

VEDOVOTTO est un patronyme rare en Italie, puisqu’il n’est actuellement porté que par 30 familles. Typique de la Vénétie, il est essentiellement présent dans la province de Treviso, et presque exclusivement à Borso avec 11 familles sur 12 !

source : http://www.cognomix.it

A Borso

Difficile à croire, mais c’est bien Vedovotto…

Avant que le patronyme VEDOVOTTO n’apparaisse dans les registres de Borso, mes ancêtres étaient appelés DE COGNO (orthographié aussi parfois Cogno, di Cogno, de Cugno ou de Cognio). Des familles DE COGNO/VEDOVOTTO sont donc présentes à Borso depuis le début du XVIe siècle et sans discontinuité jusqu’au XXIe siècle.
Tous les Vedovotto de Borso descendent en effet d’un ancêtre commun ayant vécu au XVIe siècle : Benedetto de Cogno. Il habitait à Borso en 1519 et comptait alors parmi les habitants les plus riches, possédant de nombreux biens fonciers, comme en fait état l’inventaire de ses biens, enregistré en 1530 à Asolo après sa mort. Benedetto de Cogno est pourtant introuvable dans l’estimation précédente (1495), certes incomplète, des biens des citoyens de Borso. Il serait donc venu d’une autre commune, mais laquelle ? Peut-être le hameau de Cogno, à San Giorgio in Bosco dans la province de Padova, ce qui justifierait le nom sous lequel il était désigné à Borso… Pour suivre cette piste, voir cet article.
Alors que DE COGNO a dominé dans les registres durant le XVIe siècle, VEDOVOTTO s’est définitivement affirmé dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Mais les deux patronymes ont cohabité durant au moins un siècle, les membres d’une même famille étant désignés par l’une ou l’autre forme, au gré des actes, voire avec les deux comme ci-dessous.

Sur cet acte du 31/01/1627, le prêtre semble avoir hésité : Giacomo di Cogno ou Vedovotto ?

VEDOVOTTO signifie « le fils du veuf ». Il semble donc qu’un DE COGNO soit devenu veuf et que son fils soit à l’origine de mon patronyme. Mais à ce jour, j’ignore encore l’identité de ce « fils de veuf ».

Toutes les familles VEDOVOTTO de Borso descendent de Benedetto DE COGNO, né vers 1470.
Depuis que j’ai débuté ce travail généalogique, je me pose la question de savoir si tous les Vedovotto du monde ne pourraient pas être reliés à un même ancêtre commun, né à Borso del Grappa. J’ai débuté un arbre pour ceux que j’ai appelés « Les Vedovotto du littoral« , des familles installées dans la province de Venezia, et j’aimerais retrouver s’il existe le chaînon manquant qui me permettrait de relier les VEDOVOTTO de Vénétie et, pourquoi pas, du monde entier. Les analyses ADN le permettront peut-être un jour…

Carte d’identité du patronyme VEDOVOTTO au travers des registres paroissiaux de Borso (1585-1960)
Nombre d’individus Variantes du nom Principales mende * Acte paroissial le plus ancien Hit-parade des prénoms
590 VEDOOTO
VEDOOTTO
VEDOTTO
VEDOVOTO
Benetel
Buss
Ciocce, S’Ciocca
Dei Guardiane
Iano, Giano, Jano
Michielon
Paesan
Pieretti
Pomi
1er novembre 1595 : baptême de Menega Vedovotto, fille de Piero Giovanni (53)
Maria (37)
Domenico (24)
Gio:Maria (21)
Catarina (20)
Angela (18)
Sebastiano (18)
Francesco (16)
Antonia (15)
Pietro (15)
Antonio (14)
Domenica (11)
Luigi (10)
Maddalena (10)
Benedetto (8)
Giovanna (8)

* : voir M comme ménda

1er novembre 1595 : baptême de Menega Vedovotto, fille de Piero. C’est le document le plus ancien en ma possession qui porte mention de mon patronyme…

Faits-divers

Les membres des familles VEDOVOTTO de Borso proposent un riche échantillonnage lié à une phénomène qui a profondément marqué la Vénétie à partir de la fin du XIXe siècle : l’émigration.

  • Vettore VEDOVOTTO, né à Borso en 1840, débarque le 21 juin 1882 à Rio de Janeiro (Brésil), avec son épouse et 5 enfants nés à Borso. Leur destination est le lot N° 368, dans la Colonie de Silveira Martins (Rio Grande do Sul)
  • Francesco VEDOVOTTO, né à Borso en 1831 et frère de Vettore, a fait le même chemin avec son épouse
  • Giovanni VEDOVOTTO, né à Borso en 1822, a lui aussi émigré au Brésil avec son épouse et leur fils
  • Giuseppe VEDOVOTTO, né à Borso en 1849, a débarqué au Brésil le 29/06/1891, avec sa femme Antonia et leur fils Pietro. Leur destination est Araraquara, dans l’état de São Paolo
  • Umberto VEDOVOTTO, né à Borso en 1890, est parti seul pour l’Argentine dans les années 1930, laissant sa femme et ses deux enfants à Borso. Il n’a plus jamais donné signe de vie et sa famille ignore ce qu’il est advenu de lui…
  • Antonio VEDOVOTTO, né à Borso en 1899, est parti aux États-Unis avec son épouse. Il est décédé à Oakland en 1945, dans la collision de sa voiture avec un train

Cette liste n’est pas exhaustive et je ne peux la clore sans penser à l’oncle et à la tante de mon père, partis au Texas puis en Californie, ainsi qu’à mon père et à ses trois frères qui ont émigré en France après la seconde guerre mondiale.

Du côté de mes ancêtres

Benedetto DE COGNO, né vers 1470, est le sosa n° 16384 et 28992 de mon père. Je descends donc de lui par deux de ses fils :

Bernardino DE COGNO/VEDOVOTTO né vers 1500 n° sosa : 8192
Antonio DE COGNO/VEDOVOTTO né vers 1515 n° sosa : 14916

J’ai bien sûr déjà évoqué ce que je sais de la vie de cette partie de mes ancêtres dans divers articles :

 

 

 

2 comments to this article

  1. mascarenhas974

    on 26 juin 2017 at 22 h 25 min - Répondre

    Ton challenge est pour moi un modèle de ce que l’on peut faire avec des dépouillements systématiques d’une commune. Et j’en ai profité pour relire l’article sur l’origine des Vedovotto. Il semble que tu sois allé aussi loin que possible avec les registres paroissiaux et les actes notariés. Reste effectivement l’ADN-Y pour essayer de relier les branches. En espérant que cela puisse se faire un jour. 🙂

    • venarbol

      on 27 juin 2017 at 8 h 17 min - Répondre

      venarbol

      Merci pour ce commentaire. Ce challenge est pour moi l’occasion de commencer la restitution de tout ce que j’ai trouvé dans les registres de cette paroisse. Je voudrais pouvoir le transmettre à la commune sous une forme ou une autre, pour que ça ne soit pas perdu. Ces articles deviendront peut-être les pages d’un livre (qu’il faudra traduire en italien). Pour les Vedovotto/De Cogno j’ai en effet pu remonter assez loin, mais le mystère subsiste. C’est aussi ce qui fait le charme de la généalogie… Je reprendrai les pistes De Cogno et « Vedovotto du littoral » lorsque j’aurais fini le dépouillement systématiques des registres paroissiaux, soit d’ici un an j’espère … 😉

Laisser un commentaire