Créer un livre de famille(s) ?

Depuis que j’ai entrepris de construire la généalogie de toute la paroisse de mes grands-parents je cherche la meilleure solution pour partager ce travail. J’ai bien sûr publié cette généalogie sur un site web, mais j’ai conscience que cette forme n’est ni pérenne ni accessible à tous. Je songe donc depuis un certain temps à transcrire le tout sur un support papier. Mon travail de dépouillement étant désormais bien avancé, ce qui me permet d’avoir une vision assez complète de la structure des familles, j’ai décidé d’entrer cette année dans le vif du sujet.

Une généalogie verbalisée

Le livre de famille est une version « verbalisée » des données enregistrées dans un fichier gedcom : grâce à un traitement automatique, tous les liens entre individus, dates, lieux, événements,  professions… présents dans le fichier sont retranscrits sous forme de phrases.
Des données codées comme dans l’exemple ci-contre seront donc « traduites » par le logiciel produisant le livre de famille sous la forme :

« Valentin TONIETTO est né le 13 mai 1754 à Borso del Grappa, Treviso, Veneto, ITALIE. Il a épousé Giacoma SERENA née à Mussolente, Vicenza, Veneto, ITALIE le 31 octobre 1754. Il est décédé à Borso del Grappa, Treviso, Veneto, ITALIE le 13 octobre 1827. »

Cette phraséologie est un exemple, chaque logiciel de génération de livre possédant sa propre manière d’exprimer les relations.

Certains des outils et des services permettant de créer, sur son ordinateur ou en ligne, des arbres généalogiques possèdent des options permettant de réaliser ce type de traitement. Mais je me trouve face à trois défis, au minimum :
  • traiter un fichier gedcom comprenant un grand nombre d’individus (environ 20.000 si j’exclus les contemporains)
  • traiter un fichier qui ne comporte pas un individu ou un couple d’individus principal, mais de nombreuses familles toutes aussi centrales les unes que les autres
  • générer le texte en italien, puisque les personnes susceptibles d’être les plus intéressées sont italophones
J’ai bien sûr commencé par me pencher sur les logiciels que j’utilise pour construire et publier ma généalogie, mais je les ai rapidement écartés :
  • Généatique comporte une fonction permettant de créer des « fiches et livrets de famille », mais il les produit uniquement en français
  • webtrees est multilingue mais ne prévoit pas la fonctionnalité « livre de famille ».
J’ai donc lancé un appel sur Twitter fin décembre :
Mais à ce jour aucun de mes followers ne m’a  proposé de solution évidente. Je me suis donc lancée en parallèle dans une recherche et j’ai fait quelques tests, que je vais décrire dans cet article.

Mes essais en français

Genopresse

Genopresse est un logiciel à installer sur son ordinateur. La version gratuite propose un certain nombre de fonctionnalités, comme la génération d’arbres en éventail fort esthétiques, mais la génération d’un livre suppose d’accéder à la version payante (49 € en décembre 2017).
Avantages :
  • plusieurs formats : dictionnaire généalogique, dictionnaire d’un lieu, ascendance ou descendance d’une personne ou d’un couple
  • pas de nécessité de télécharger son gedcom dans un site tiers, tout se fait en local sur son ordinateur
  • génération du texte en format « *.doc », donc possibilité de modifier ou enrichir facilement le rendu final
  • texte français agréable à lire
  • possibilité de paramétrer les expressions générées, dans la langue choisie
  • possibilité d’ajouter les photographies des individus
Limites :
  • pas de génération de texte en italien
  • limitations quand le gedcom est volumineux (pour le dictionnaire d’un lieu) *
  • pas de possibilité d’ajouter le traitement de champs spécifiques du gedcom
  • solution payante : achat d’une clé d’activation
  • pas d’index des lieux pour le format « généalogie d’un couple » *
J’ai testé le livre de généalogique centré sur un individu, sur un couple, la descendance patronymique centrée sur un couple… C’est intéressant.
Pour le « dictionnaire généalogique d’un lieu », j’ai vu dans les exemples présentés qu’il devait être possible de le générer en sélectionnant une décennie, mais je n’ai pas trouvé comment le faire. Si quelqu’un a la solution…
* edit : pour le premier, il faut attendre… un certain temps et ça finit par arriver au bout. Pour le second, on peut l’ajouter 🙂

Patronomia

Patronomia est une société française qui développe des applications web de généalogie à destination des particuliers et des professionnels. Elle propose sur son site une application qui rédige automatiquement, met en page et imprime vos livres de généalogie à partir d’un fichier gedcom.
Avantages :

  • inscription gratuite
  • plusieurs formats : ascendance (jusqu’à 99 générations, descendance par les hommes, les femmes, ou les homes et les femmes
  • texte français agréable à lire
  • possibilité de réaliser plusieurs essais en ligne avant de commander le livre
  • prise en charge de l’impression de la version papier (service payant)
 Limites :
  • nécessité de télécharger son gedcom dans un site tiers
  • pas de possibilité d’ajouter le traitement de champs spécifiques du gedcom
  • génération d’un format « *.pdf », impossible à modifier sans conversion préalable dans un autre format
  • pas de génération en italien au moment où je rédige cet article, mais c’est pour bientôt !

Ces contacts via Twitter avec Patronomia m’ont permis d’en savoir un peu plus sur l’ouverture de Patronomia au marché international : dans un premier temps, cette fonctionnalité de génération d’un texte en italien sera fonctionnelle avec les arbres créés sur FamilySearch. Il sera ensuite possible de l’utiliser en chargeant son propre gedcom sur le site, comme on peut le faire aujourd’hui avec le français.
A l’occasion de ces échanges, j’ai même mis mon grain de sel, en commentant et proposant certaines traductions italiennes au concepteur 😉

Au fil de mes péréginations sur la toile, j’ai découvert d’autres sociétés qui se proposent d’éditer un livre de famille à partir d’un gedcom, sans proposer toutefois d’essais en ligne. C’est le cas par exemple de Brins d’Histoires.

Un essai en italien avec MyHeritage

A l’heure actuelle, pour obtenir un texte rédigé en italien la solution semble consister à se rendre sur un site de généalogie italien (je n’en ai trouvé aucun qui proposerait cette fonctionnalité) ou sur un site international possédant une interface italienne.

En cherchant comment mes « collègues » italiens procédaient, j’ai lu que certains avaient réalisé ce travail avec le site MyHeritage. Étant actuellement abonnée à ce site, pour y rechercher les arbres de descendants de personnes ayant émigré depuis Borso del Grappa, j’ai décidé de faire un test depuis l’interface italienne : www.myheritage.it

Pour ceux qui voudraient tester sans comprendre l’italien, l’interface a la même structure dans toutes les langues et les menus sont donc au même endroit :

  • Albero > gestione degli alberi (Arbre > gestion des arbres)
  • Albero > Altro… (Arbre > Plus…)
  • Albero > Stampa diagrammi e libri (Arbre > imprimer graphiques et livres)
  • cocher « Libro di famiglia » (livre familial)

La seconde partie de la page permet de choisir dans le fichier la personne principale et les paramètres du livre :

  • Antenati = Ancêtres
  • Discendenti = Descendants
  • Parentele dirette = Parenté directe (coché par défaut)
  • Parentele indirette = Parenté indirecte
  • Alberi genealogici = Arbres généalogiques (diagrammes insérés dans le livre)
  • Note = Notes
  • Fonti = Sources
  • Indice dei luoghi = Index des lieux
  • Indice delle date = Index des dates
  • Indice degli individui = Index des individus
  • Formato del foglio = Format des pages

Une fois les choix faits, il suffit de cliquer sur « Crea un libro » (Créer un livre). La création prend un temps proportionnel au nombre d’individus et aux paramètres choisis. Une fois le traitement terminé, le livre en format pdf est disponible dans l’interface du site et peut être téléchargé.

J’ai fait un test avec un petit fichier de quelques centaines d’individus, pour constater que le texte du livre est bien en italien :

Avantages :

  • génération du texte en italien
  • insertion de graphiques
  • possibilité de choix des champs à traiter
Limites :
  • impossible de sélectionner un couple comme point central de l’ouvrage
  • nécessité de télécharger son gedcom dans un site tiers
  • service lié à un abonnement au site
  • pas de possibilité d’ajouter le traitement de champs spécifiques du gedcom
  • génération d’un format « *.pdf », impossible à modifier sans conversion préalable dans un autre format

Quelle méthode ?

A l’heure actuelle, aucune des solutions que j’ai testées ne me satisfait totalement, car je ne pourrais ni produire un texte italien ni ajouter des champs particuliers du gedcom. Mais puisque je ne sais pas programmer, il faudra bien que je me contente de ce qui existe si un jour je veux vraiment transformer cette généalogie en un document écrit.

Quel que soit l’outil que je choisirais au final, il faudrait au préalable que je décide de la manière de présenter les choses. Bien que la généalogie que j’ai construite soit centrée sur une paroisse, le « dictionnaire d’un lieu » de Genopresse ne me convient pas car il ne permet pas de visualiser l’évolution des familles sur plusieurs siècles. Les autres solutions existantes sont toutes conçues pour présenter l’ascendance ou la descendance d’un individu ou d’un couple d’individus. C’est cohérent avec une généalogie familiale comportant un « de cujus », ce qui n’est pas le cas de la généalogie de Borso.

En l’état actuel de mes réflexions, j’envisage la réalisation de plusieurs généalogies descendantes, centrées sur les « fondateurs » des branches patronymiques que j’ai identifiées. J’écarterais bien sûr les contemporains mais malgré tout, je suppute que cela générerait un nombre de pages important… Sans doute trop important pour un seul volume.

Vous l’aurez compris, si l’idée générale est là, les moyens de la mettre en œuvre sont encore vagues. Auriez-vous des pistes à me proposer, des expériences à partager ?


8 comments to this article

  1. genealogiemonarbrepapillon

    on 4 janvier 2018 at 17 h 00 min - Répondre

    Bonjour,
    Je suis en train d’effectuer le relevé exhaustif des actes de la commune racine de mon arbre. Je suis très intéressée par votre expérience. Comment avez-vous réaliser le gedcom de tous ces actes ? J’aimerai bien entreprendre la saisie afin de découvrir les articulations entre les familles.
    Je vous remercie de vos conseils.
    Bonne journée

    • venarbol

      on 5 janvier 2018 at 0 h 17 min - Répondre

      venarbol

      J’avais moi aussi commencé par un relevé mais j’ai fini par y renoncer pour saisir les informations dans un logiciel de généalogie (généatique dans mon cas). J’en avais parlé dans cet article : http://www.venarbol.net/archives/10024

  2. mascarenhas974

    on 4 janvier 2018 at 22 h 21 min - Répondre

    J’ai consulté un livre retraçant l’histoire des familles d’une commune. Un chapitre est dédié à chaque nom de famille et en explique l’origine. Et pour chaque nom de famille, une généalogie descendante est donnée partant des couples les plus anciens (les « fondateurs ») de chaque famille. L’auteur agrémente les chapitres de photos ou d’histoires intéressantes ou de renseignements supplémentaires sur certains personnages plus connus ou remarquables. A la fin cela fait beaucoup de noms et de dates (comme les aiment les généalogistes), mais dans le livre que j’ai lu il y avait suffisamment d’informations supplémentaires, métiers, jugements, histoire de moeurs, etc … Il me semble qu’avec ton dernier ChallengeAZ tu as déjà une belle matière. 🙂

    • venarbol

      on 5 janvier 2018 at 0 h 30 min - Répondre

      venarbol

      C’est en effet dans cet esprit que j’ai envisagé ma participation au challenge. Merci pour cet exemple. Je pense en effet qu’il faudrait émailler la généalogie d’images et d’anecdotes, pour que l’ensemble ne soit pas trop rébarbatif. Il faudrait que je me rapproche des historiens du village…

    • venarbol

      on 5 janvier 2018 at 16 h 47 min - Répondre

      venarbol

      J’avais justement prévu de l’acheter en allant au salon de généalogie à la mairie du XVe en mars prochain 🙂

  3. Atrebate

    on 12 janvier 2018 at 12 h 45 min - Répondre

    Bonjour
    Celui, qui le premier, créa ce type de livre est Michel DEMOREST avec FILIATUS.
    Il reste d’ailleurs le leader en ce sens.
    Comme pour tout logiciel chacun voudrait avoir  » LE SIEN  » suivant ses attentes.
    Il faut bien comprendre que ce n’est pas possible et qu’il faut s’adapter.
    Avec FILIATUS ( et certainement d’autres ) vous pouvez adjoindre des éléments tels photos…etc…etc…
    Il faut donc faire des essais….pour obtenir au plus près de ses attentes.
    Cordialement

    • venarbol

      on 12 janvier 2018 at 12 h 49 min - Répondre

      venarbol

      Merci pour cette piste. J’ai également commencé aussi des tests avec Filiatus. Vous avez raison en ce qui concerne la nécessaire adaptation aux logiciels existants. L’avantage d’avoir une sortie sous forme texte éditable, et non pas pdf, est de pouvoir modifier un peu la forme, au prix bien sûr d’un travail « manuel » qui peut être non négligeable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.