Q comme Quartier

Même s’il n’a pas forcément une identité administrative officielle, le quartier est une subdivision à laquelle les hommes se rattachent volontiers, quelle que soit l’importance de la commune dans laquelle ils vivent. En ville il correspond à un territoire circonscrit à quelques rues adjacentes, à la campagne on l’appelle plus souvent hameau et il s’agit d’un groupe d’habitations cerné par les zones agricoles et la nature.

Dans l’Italie de mes ancêtres le quartier était appelé contrada, ou contrà en vénitien. La contrada est plus petite que la frazione, elle ne dispose pas de sa propre paroisse. Les plus célèbres sont sans doute les 17 contrade qui s’affrontent lors du Palio de Sienne. Mais le “palio delle contrade” n’est pas spécifique à Sienne, plusieurs villes italiennes ont créé ou recréé leur palio, comme Romano d’Ezzelino, commune voisine de Borso del Grappa.

En observant la carte du cadastre napoléonien de Borso, qui date de 1811, on voit très clairement ces entités que sont les contrade. Les maisons sont en effet regroupées en petites ilots qui semblent noyés dans les parcelles non bâties, certainement réservées à l’agriculture.

On peut lire le nom des contrade, dont certains sont devenus aujourd’hui des noms de rues ou de hameaux :

  • Fontana Alta
  • Bortoletti
  • Chibera
  • Appocastello
  • Busa
  • Liviei
  • Pavion
  • Crosera
  • Zaghi
  • Rugabella
  • San Pietro
  • Chiesa
  • Caner
  • Cortivi
  • Rore
  • Chiesure
  • Le Fratte
  • Cassanego


Avant que les rues ne soient toutes clairement nommées, les prêtres mentionnaient la contrada lorsqu’ils voulaient préciser l’adresse de leurs ouailles sur les actes et les « stati d’anime ». Dans l’ordre sur ces exemples datant de 1855 : contrà Cassanego, Gollin, Rore, Crosera et Cortivi.

Dans certains cas, le nom de la contrada coïncide avec des patronymes de la commune. Il est vraisemblable que le patronyme « Cassanego » a été attribué à une famille vivant à Cassanego, que les « Rore » ou « da Rore » venaient de Rore et que les « Dalle Fratte » venaient de Le Fratte. Pour la contrada Gollin, que l’on trouve sur certains actes paroissiaux, il semble bien que ce soit l’inverse car la famille « Gollin » portait déjà ce nom lorsqu’elle s’est installée à Borso, en provenance de Bassano. La contrada Gollin aurait donc été baptisée comme « le quartier où vivaient les Gollin ».

Cadastre napoléonien de 1811 : la contrà Chiesure à Borso où vivaient mes ancêtres, sans doute vers le n°574

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.