Y comme Y’a (pas) à tortiller

Car pour se tortiller elles se tortillent, les routes qui montent au Monte Grappa !

Depuis le versant sud du massif, deux voies sont possibles :

L’une des 28 épingles à cheveux (photographie Gianluca Rossato)

  • la « strada Cadorna », construite sur les ordres du général Cadorna lors de la première guerre mondiale, part de Romano d’Ezzelino et rejoint le sommet après 27 kilomètres
  • la montée « Giardino » démarre à Semonzo : 28 virages en 20 km, près de 1500 m de dénivelé et une pente à 10% dans la majeure partie de la montée

 

Le versant sud du massif du Grappa, photographié dans les années 1920. A gauche la strada Cadorna, à droite la montée Giardino et ses virages en épingle à cheveux. On peut au passage remarquer sur ce cliché l’aspect aride des pentes, bien différent de ce qu’il est aujourd’hui.

 

Mes ancêtres et leurs descendants parcourent ces pentes depuis plusieurs siècles. Certains y ont loué des pâturages estivaux, comme en atteste par exemple un document daté de 1700 :

laus Deo anno 1700
Nota delle parte di Poise sive masarie che mi consegnò il comun lano corente a pagar in nome del dito comun a mi Francesco Tuniet pagade per ditto comun per lafito che devo della montagna di Poise detta il Coston et Prima Poise

  • Zuanne Guadagnin q. Bernardo
  • Batista Vedooto q. Lazaro
  • Lucia di Chogno suo figlio
  • Zuane Vedooto q. Lazaro

Laus Deo 1700
Nota delle parte di montagna che consignò il comun lano 1700 a pagare in nome di detto comun a Zuanne Zigliotto q. Marcho, pagatte per detto comun per lafitto che li doveva della montagna di Poise di Zima e ciò come segue:

  • Bastian Vedootto q. Gio
Hebergeur d'Images Gratuit

Plus que 27 !

Pour que les automobilistes et les cyclistes ne se découragent pas, les 28 virages de la via Giardino sont énumérés sur des panneaux depuis le départ, à Semonzo. En fait, seules les épingles à cheveux ont été décomptées, « les virages où les pneus font iiiii » comme je les nommais quand j’étais enfant, ce qui me fait réaliser rétrospectivement que mon père ne devait pas monter ni descendre du Grappa en première !

 


Les virages du Grappa sont si emblématiques du lieu que l’association touristique « Vivere il Grappa » en a fait son logo (ci dessus).

Ils ont été plus d’une fois mis au programme des étape du « Giro », le tour d’Italie cycliste, et aujourd’hui de nombreux cyclotouristes se lancent à l’assaut de ces virages qui paraissent sans fin.

Une route que se tortille sur 20 km, mais le spectacle en vaut la chandelle ! A l’horizon, à droite : le Lido de Venise (Photo Gabriele Dalla Porta – Flickr)

 

Laisser un commentaire