Automatic translation

Use this tool to obtain an automatic translation
Suivez les nouveaux articles


 

Mon guide

retrouver ses ancêtres italiens

“Era una notte che pioveva” *

Le sujet du #geneatheme de novembre, est la première guerre mondiale. Pour la région de mes ancêtres Italiens c’est un sujet majeur, presque trop lourd pour mon petit blog. En effet, la pedemontana du Monte Grappa est l’un des lieux emblématiques de ce conflit en Italie. Le Monte Grappa est un symbole majeur pour l’Italie de la première guerre mondiale, sans doute aussi fort que Verdun ou la Marne pour la France.

L’histoire se lit tout d’abord dans le nom des villes et villages : Borso del Grappa, Crespano del Grappa, Bassano del Grappa, Paderno del Grappa, Seren del Grappa… Le suffixe “del Grappa” a été ajouté à tous ces toponymes à partir de 1920, comme une empreinte indélébile en mémoire des terribles combats qui ont marqué la région en 1917 et 1918.

Après la défaite des Italiens à Caporetto face aux Autrichiens, le 26 octobre 1917, les troupes italiennes se replient jusqu’au fleuve Piave. La crête du massif du Monte Grappa, rempart naturel entre le nord et le sud, devient alors l’un des points centraux des lignes de défenses italiennes.

Ligne de front entre Brenta et Piave

Ligne de front entre Brenta et Piave

Grappa_12

Le maréchal Gaetano Giardino après la guerre

Les Autrichiens tentent à plusieurs reprises de conquérir le massif, dans le but d’envahir ensuite la plaine de Vénétie et toute l’Italie. Mais les troupes italiennes parviennent à garder le contrôle de ce front. Le Monte Grappa est ainsi le théâtre de trois grandes batailles, toutes gagnées par les Italiens. La première du 14 au 26 novembre et du 11 au 21 décembre 1917 permet d’arrêter l’avancée de l’ennemi. La seconde, dite “bataille du solstice” a lieu les 15 et 16 juin 1918 et montre la solidité des défenses italiennes. La troisième, dite “bataille de Vittorio Veneto”, du 24 au 29 octobre 1918, scelle définitivement la victoire italienne contre l’Autriche-Hongrie. Parmi les troupes engagées, la 4ème armée du général Gaetano Giardino montre toute sa valeur.

L’aménagement défensif de la crête du massif du Grappa avait été initié dès l’automne 1916 par le général Luigi Cadorna, alors chef d’état major de l’armée italienne, qui avait pressenti l’intérêt stratégique du site. Le général fait ouvrir une route, qui porte aujourd’hui son nom, pour monter au Grappa, plus large et moins tortueuse que l’ancienne voie. Des téléphériques sont installés pour transporter sur les cimes matériaux et vivres. Des travaux hydrauliques sont réalisés pour permettre l’alimentation en eau des troupes. La galerie Vittorio Emanuele III, creusée sous la roche et longue d’1,5 km, donne accès à de nombreux corridors débouchant sur des postes d’artillerie et d’observation.

Poste de mitrailleuse sur le Monte Grappa

Poste de mitrailleuse sur le Monte Grappa (source : difesa.it)

Grappa_cadorna

Transport de vivres et de munitions sur la “strada Cadorna”

Mais les combats sont terribles. Au total, plus de 22.000 hommes des deux camps tombent sur le Monte Grappa. Leurs corps ont été rassemblés dans un monumental ossuaire situé au sommet du Monte Grappa, sujet d’un prochain article.

* Le titre de cet article est inspiré de celui d’une chanson emblématique de la première guerre mondiale sur le Monte Grappa, qui illustre le triste sort des alpini, qui souffraient dans leur chair et dans leur cœur, en pensant à l’affection de leurs proches qui leur manquaient alors qu’ils montaient la garde sous la pluie.


Lancez la vidéo pour écouter la chanson

Pour en savoir plus :
http://www.frontedelpiave.info/public/modules/Fronte_del_Piave_article/
http://www.montegrappa.org/
http://www.lagrandeguerra.net/index.asp