Pierre Favre, trait-d’union dans ma généalogie

Je reprends, pour l’actualiser, le texte d’un article que j’avais publié en janvier 2012.

Pierre Favre est né en 1506 au cœur du massif des Aravis, à Saint-Jean-de-Sixt, commune alors incluse dans le Duché de Savoie et située aujourd’hui en Haute-Savoie. Il est mort à Rome en 1546, alors qu’il s’apprêtait à être le théologien du pape au concile de Trente. Entre ces deux dates, il a été le compagnon d’études et de chambrée d’Ignace de Loyola et de François-Xavier de Jasso y Azpilicueta à la Sorbonne et au collège Sainte Barbe, il a fondé avec eux l’ordre des Jésuites et il a parcouru à pied quasiment toute l’Europe pour prêcher et tenter de réconcilier les divers courants qui se déchiraient dans le mouvement de la réforme.
Béatifié en 1872, il vient d’être canonisé le 17 décembre 2013 par le pape François, Jésuite lui aussi et qui avait déclaré son estime pour Pierre Favre dans une interview donnée en juin dernier.

J’entends déjà les commentaires des lecteurs de ce blog : “mais que vient faire Pierre Favre dans ce blog dédié à une généalogie italienne ?”

La réponse tient en deux points :

  • Saint-Jean-de-Sixt est aussi la commune de naissance de mon grand-père maternel.
    Le patronyme Favre figure en très bonne place dans le hit-parade de ma généalogie maternelle, qui inclut d’ailleurs Pierre Favre, puisque nous avons un ancêtre commun.
  • Contre toute attente, Pierre Favre a peut-être croisé un de mes ancêtres paternels. Il a en effet séjourné plusieurs semaines en Vénétie en 1537, avec ses compagnons. C’est d’ailleurs durant une retraite dans un monastère en ruine situé hors des murs de Vicenza que le groupe a décidé de se baptiser “compagnie de Jésus” ou Jésuites.

Pierre Favre est donc une sorte de trait-d’union entre les branches de ma généalogie. Quatre siècles avant mon père, il a fait le même voyage mais en sens inverse, entre la patrie de mes ancêtres paternels et celle de mes ancêtres maternels.

Des traces du passage de Pierre Favre en Vénétie sont visibles à Bassano del Grappa, tout près de Borso del Grappa. Dans l’église San Vito de cette ville, et plus précisément dans la cellule de l’ermite Antonio Grandi, dit Fra’ Antonio, qui lui est attenante, plusieurs toiles représentent en effet Pierre Favre et ses compagnons.

INTERNET_-_CELLA_FRA_ANTONIO_-_TUTTI_GUARDANO_LA_MADONNA_DSCN9696

Pierre Favre et ses compagnons en prière à Bassano
(source http://www.bassanodelgrappaedintorni.it)

INTERNET-_CELLA_QUADRO_BELLO_CON_TUTTI_I_PREENTI_--_FRATE_ANTONIO_EREMITA_A_SAN_VITA_CON_LOJOLA

Pierre Favre, second à partir de la droite, en visite à Bassano avec Ignace de Loyola et François-Xavier, au chevet de l’un des compagnons de Jésus malade, hébergé par Fra’ Antonio
(source : http://www.bassanodelgrappaedintorni.it)

La vie itinérante de ce voyageur européen a été relatée dans un ouvrage publié en décembre 2011 dans la collection de l’association “Les Amis du Val de Thônes” : “Bienheureux Pierre Favre – Itinéraires dans l’Europe de la Renaissance” (ISBN 978-2-9540892-0-1)
Cet ouvrage peut être commandé sur le site de l’Association : N°30 – Bienheureux Pierre Favre

En savoir plus :
Annonce de la canonisation de Pierre Favre
Autobiographie d’Ignace de Loyola (en italien), qui raconte entre autres le séjour en Vénétie de 1537.
Page présentant l’église San Vito à Bassano et la cellule de Fra’ Antonio


4 comments to this article

  1. Geneamick

    on 22 December 2013 at 12 h 58 min - Reply

    Il est amusant de penser qu’il croisa vos ancêtres paternels et maternels durant sa vie, et plusieurs siècles avant que vous ne leur rendiez hommage :) Très bel article !

    • venarbol

      on 22 December 2013 at 18 h 40 min - Reply

      venarbol

      Merci pour ce commentaire. Je ne pense pas que Pierre Favre soit allé jusqu’à Borso, mais à Bassano il aurait pu croiser un membre des familles Guadagnin ou Gollin…

  2. cedeca des branches

    on 22 December 2013 at 19 h 48 min - Reply

    Non seulement la Savoie, mais le massif des Aravis, décidément nous nous rapprochons de plus en plus, c’est de là que viennent les ancêtres de mes enfants, La Giettaz, Cordon, Flumet, Saint-Nicolas-La-Chapelle et … La Clusaz

    Très joli l’effet neigeux….

  3. Monique F.

    on 22 December 2013 at 19 h 56 min - Reply

    Brillantissime! Quel trait d’union entre les deux branches de ta famille ! Marie-Annick et moi te disons un très grand bravo.
    Nous nous retrouverons l’an prochain en Vénétie autour d’eux, et bien avant dans nos montagnes, je l’espère.

    Bises.

    Marie-Annick et Monick

Leave a Reply