• acte insolite,  mes ancêtres,  Vénétie

    L’olivier de la pedemontana

    Tous les généalogistes en font l’expérience un jour ou l’autre : le quotidien de leurs ancêtres n’a pas toujours été « un long fleuve tranquille ». Certains ont connu une vie mouvementée et parfois même une mort violente, accidentelle ou non. Ma généalogie ne fait pas exception à la règle. J’avais déjà cité dans un précédent article le cas des sosas 384 et 385 de mon père, Bernardo Guadagnin et Maria Bertolo, morts ensevelis par les ruines de leur maison, lors du tremblement de terre du 25 février 1695. Le cas qui m’intéresse aujourd’hui est antérieur de 30 années et concerne le décès accidentel de Zuane Zarantola (ou Zarantolla) (sosa 2022 de…

  • acte insolite

    Le bug de l’an 1800

    Nous en avons tous fait l’expérience un jour : au moment du changement d’année il est difficile de ne pas se tromper au moins une fois en écrivant la date. Et lorsque c’est le millésime qui change, il est encore plus compliqué de ne pas céder aux anciens réflexes. Les registres de Borso montrent que le curé n’a pas échappé à ce réflexe conditionné à l’aube de l’an 1800. Il en est résulté quelques pages insolites qui sont parvenues jusqu’à nous, et que je vous présente dans ce billet de nouvel an.

  • acte insolite

    Mortelles cloches

    Au-delà de l’énumération des événements, les pages des registres paroissiaux sont également riches en indications sur la vie quotidienne de nos ancêtres et sur les moeurs de leur époque. Au fil des pages des registres de décès de Borso del Grappa, un acte plus long que les autres a attiré mon attention. Il relate le décès accidentel d’un tout jeune garçon :

  • acte insolite,  vie quotidienne

    Choix de mots pour la mort

    Le XXe siècle et ses registres pré-imprimés ont mis un terme à la liberté qu’avaient les prêtres pour parler de la mort. Auparavant, les pages vierges des registres leur permettaient d’exprimer leur manière de voir ce passage, ou cette fin selon les façons de considérer les choses. A la lecture des pages des registres de décès de Borso, j’ai découvert qu’au fil des époques les prêtres avaient fait preuve d’une certaine imagination pour parler de la mort, réussissant le plus souvent à ne pas la nommer. Voici un florilège des formules que j’ai rencontrées, assorti d’une traduction et de quelques commentaires.

  • acte insolite

    X comme mère inconnue… mais père déclarant

    Les enfants nés de mère inconnue et abandonnés à la naissance ne sont malheureusement pas rares dans les registres de baptême. Mais en cherchant parmi les registres d’état civil de Càorle ou Eraclea, dans la province de Venise, j’ai trouvé plusieurs cas originaux d’enfants nés de mère inconnue (ou plus précisément non identifiée nommément sur l’acte) mais reconnus et déclarés par leur père.

  • acte insolite,  vie quotidienne

    U comme Urgence du baptême

    «Les enfants qui meurent sans recevoir le baptême ne peuvent aller au ciel. N’ayant pas commis de péchés personnels, ils ne sont pas soumis aux peines sensibles, ils ne brûlent pas dans le purgatoire ou dans l’enfer; mais ils vont dans les limbes. La perspective n’en est pas moins douloureuse et tragique; ils y subissent, en effet, la peine essentielle des damnés, qui est l’éternelle privation de la vue de Dieu.»* Ces quelques phrases suffisent à expliquer l’urgence pour les catholiques à administrer le baptême à un enfant venant de naître, afin de le préserver de l’errance infinie dans les limbes qu’il subirait s’il venait à mourir avant d’avoir été…

  • acte insolite

    O comme Obligation de dispense

    Le droit canonique, tel qu’il a été instauré lors du concile de Trente, a établi que l’empêchement d’un mariage intervenait pour : une consanguinité jusqu’au 4ème degré La consanguinité correspond aux « liens de sang » entre les personnes possédant un ancêtre commun. Pour le droit canonique : le premier degré lie des frères et sœurs le second degré lie des cousins germains … La consanguinité du premier degré exclut tout mariage, aucune dispense n’est envisagée.

  • acte insolite

    K comme Késako ?

    Aujourd’hui arrive le tour de la lettre K, un « K » pas facile à traiter, puisque peu de mots commencent par cette lettre en français, et encore moins en italien. Je m’en suis sortie par une pirouette, avec l’interrogation « késako ? » Dans les registres il arrive au généalogiste de trouver des signes étranges qui lui font ouvrir de grands yeux et lui inspirent seulement un « késako ?, Qu’a-t-il donc bien voulu écrire ? ». Si l’on peut deviner la signification de ces symboles, il est parfois bien difficile d’en trouver l’origine. J’en ai ainsi découvert quelques-uns dans les registres de Borso :