WordPress et généalogie – Partie II : l’arbre généalogique

Plusieurs plugins permettent de mettre en ligne une généalogique sur un site WordPress. J’en ai testé quelques-uns, capables d’intégrer un fichier gedcom constitué par ailleurs, comme rootsPersona ou rootsPress. Ils auraient pu me convenir si je n’avais souhaité avoir une généalogie multilingue. Ils sont sans doute également mieux adaptés à un site ne présentant que la généalogie, car certains gèrent les fiches des individus comme des articles. Dans un site contenant également un contenu rédactionnel hors de l’arbre généalogique, ces articles se trouvent mélangés à ceux de la partie purement rédactionnelle, ce qui est plutôt gênant.
J’ai également creusé la piste geneweb mais je n’ai trouvé aucun plugin qui m’aurait permis d’intégrer ma généalogie geneweb dans WordPress. En outre, le mode de mise en ligne de geneweb m’a semblé un peu particulier et il dépasse le niveau de mes connaissances en informatique. Lire la suite…


Antenati : le portail des archives italiennes

Le « Ministero per i beni e le attività culturali » et la « Direzione Generale per gli Archivi » italiens nous font l’immense plaisir de nous annoncer la naissance le 17 décembre 2011 du portail internet SAN-Antenati.

Extrait (traduit) du texte de la page d’accueil :

« Le portail Antenati – élaboré et maintenu par la Direction Générale des Archives – est né de l’exigence de rendre disponible l’énorme patrimoine documentaire existant dans les archives d’Etat, relatif aux recherches d’état civil et généalogiques, à des fins de reconstitution de l’histoire des familles et des personnes, et plus largement de connaissance de l’histoire sociale. Lire la suite…


WordPress et généalogie – Partie I : design et multilinguisme

Quand j’ai décidé de mettre en ligne mon propre site de généalogie, j’ai bien sûr commencé à regarder ce qu’avaient fait d’autres, ce qui existait sur le marché… (Google est aussi mon ami !)

J’ai utilisé SPIP, mais uniquement en tant que rédacteur et je ne sais ni écrire des boucles, ni concevoir une feuille de style. De Drupal, Joomla… je ne connais que le nom. Je savais que WordPress était une plate-forme de blog très en vogue, mais je ne voulais pas d’un blog. Ma chronique, mon arbre ne se prêtent pas à la réactivité et à l’instantanéité de ce type de support.
C’est alors que j’ai appris que WordPress ne servait pas qu’à mettre en ligne un blog, mais pouvait être utilisé pour faire un site « statique ». Lire la suite…