#ChallengeAZ : d’un clocher à un autre

Comme l’an dernier, les généablogueurs sont invités par la Gazette des Ancêtres à participer au challenge de A à Z, connu comme #ChallengeAZ par les gazouilleurs.
Rappel des règles : publier chaque jour d’un mois donné (hormis les dimanches) un article dont le titre commence par une lettre de l’alphabet, en traitant toutes les lettres une à une.

En 2013 le challenge a eu lieu durant le mois d’avril. J’y ai participé « à l’arrache », le découvrant après le départ (le 4 avril), ce qui m’a valu de ne disposer que de quelques jours pour trouver chacun des 26 sujets et écrire les 26 articles correspondants. Le résultat a donc été pour le moins hétéroclite. Lire la suite…


Généalogie et graphes – II

Voilà le second article de la série, qui présente plus en détail la méthode de travail que j’ai utilisée et le résultat obtenu.

Toutes les données que je souhaitais représenter étaient au préalable enregistrées sur mon PC, dans une généalogie réalisée avec généatique. Pour obtenir les tables des nœuds individus et unions, j’ai donc fait un export depuis généatique des données correspondant à toute l’ascendance de mon père, afin d’obtenir les informations relatives à tous les sosas. J’ai ensuite ouvert cet export dans un tableur pour le « bricoler » = ne garder que les colonnes et les informations nécessaires à Gephi. Lire la suite…


Généalogie et graphes – I

Pour préparer le « challenge de A à Z » qui se déroulera en juin prochain, j’ai entrepris de pointer l’état d’avancement de la généalogie de mon père, du point de vue de la recherche de ses sosas. En réfléchissant à la manière de synthétiser les informations dont je disposais, j’ai repensé à une idée que j’avais en tête depuis déjà un certain temps, sans l’avoir concrétisée : essayer de visualiser cette généalogique au travers d’un outil de représentation de graphe.

Pour reprendre la définition de la théorie des graphes donnée dans Wikipédia : « Un graphe est un ensemble de points, dont certaines paires sont directement reliées par un (ou plusieurs) lien(s). Les algorithmes élaborés pour résoudre des problèmes concernant les objets de cette théorie ont de nombreuses applications dans tous les domaines liés à la notion de réseau. »

Or un arbre généalogique est bien un réseau de liens (familiaux) établis entre des points (les personnes d’une famille).

En creusant un peu la question voilà un an ou deux, j’avais été inspirée par des essais de cartographie généalogique publiés dans ces pages : http://physicsbjj.perso.sfr.fr/, et en particulier par les représentations réalisées avec le logiciel Gephi [1].

Concrètement, pour élaborer un graphe il faut fournir à Gephi deux tables : Lire la suite…