• acte insolite,  vie quotidienne

    Choix de mots pour la mort

    Le XXe siècle et ses registres pré-imprimés ont mis un terme à la liberté qu’avaient les prêtres pour parler de la mort. Auparavant, les pages vierges des registres leur permettaient d’exprimer leur manière de voir ce passage, ou cette fin selon les façons de considérer les choses. A la lecture des pages des registres de décès de Borso, j’ai découvert qu’au fil des époques les prêtres avaient fait preuve d’une certaine imagination pour parler de la mort, réussissant le plus souvent à ne pas la nommer. Voici un florilège des formules que j’ai rencontrées, assorti d’une traduction et de quelques commentaires.

  • mes ancêtres

    OK pour le 1000, mais qui est le 1001 ?

    « Qui est votre SOSA n°1000 ? » Cette idée de Maïwen, lancée voilà plusieurs années sur son blog d’aïeux et d’ailleurs, a suscité un nouvel engouement chez les généablogueurs depuis quelques semaines. J’ai moi aussi laissé ma curiosité me lancer dans ce challenge et j’ai retrouvé mon SOSA n°1000. Enfin, pas « mon » n°1000, mais celui de mon père puisque l’arbre que je construis est le sien. (Pour info, je ne connais pas encore « mon » SOSA n°1000. Je sais juste qu’il était le père de Jean André MARIN né vers 1710, vraisemblablement au village des Clefs en Haute-Savoie. Merci Monique !) Revenons au SOSA n°1000 de mon père. Il se nomme Amadio…