• outils

    Optimiser sa recherche en ligne d’actes italiens

    Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire sur ce blog, pour l’Italie les actes d’état civil (et paroissiaux) consultables en ligne sont essentiellement publiés dans trois grands portails internet : Antenati, FamilySearch et Ancestry. Cet article ne vise pas à détailler le contenu proposé, mais plutôt à partager quelques pratiques d’utilisation de ces services. n. b. : cet article a été actualisé fin 2017, suite à l’arrêt par FamilySearch du service de réservation des microfilms.

  • vie du site

    Quatrième bloganniversaire !

    C’est le 24 novembre 2011, soit voilà quatre ans jour pour jour, que j’ai publié le premier article de mon blog. Il était intitulé « Pourquoi ce site ? » et, comme son titre l’indiquait, il visait à présenter mes intentions lors de la création de mon site de généalogie. J’avais en fait mis en ligne le site depuis plusieurs mois, mais au départ je n’utilisais pas la fonction « blog », me concentrant sur la publication de ma chronique familiale, de mon arbre et d’un annuaire de liens dans des pages plus statiques. Mais j’ai un jour fini par souhaiter un peu plus d’interactions avec mes lecteurs, tout en essayant de mieux utiliser…

  • humeur

    « généalogie », un mot toujours tabou en Italie ?

    Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la généalogie italienne, j’ai lu à plusieurs reprises cette mise en garde : « si vous écrivez ou allez en Italie, ne dites pas que vos demandes d’actes concernent la généalogie, dites que vous travaillez sur votre histoire familiale. Les Italiens se méfient des généalogistes, qu’ils considèrent comme des voleurs d’héritage ». Cette réflexion est certainement issue d’une expérience vécue, mais je ne pense pas qu’on puisse continuer à répéter que les Italiens sont allergiques au mot « généalogie ». Je m’appuie pour cela sur plusieurs exemples récents :