• mes ancêtres

    Origines italo-celtiques : la confirmation par l’ADN

    En début d’année, mes recherches relatives à l’origine de mon ADN paternel en étaient restées à la question suivante : « P312 ou U106 ? » (voir ADN italo-celtique ?). Après avoir demandé des analyses complémentaires, j’ai obtenu récemment la confirmation que mes origines paternelles sont bien italo-celtiques, puisque mon haplogroupe paternel est de type U152, soit une sous-clade de P312.

  • mes ancêtres,  outils

    Nés un 20 avril

    Mes lecteurs l’auront peut-être remarqué, je suis un peu en manque d’inspiration depuis quelques semaines pour écrire sur ce blog. C’était jusqu’à ce que je découvre voilà 2 jours le sujet proposé par Randy Seaver dans la rubrique « Saturday Night Genealogy Fun » de son blog, Genea-musings : Who in Your Database Has Your Birth Day?, autrement dit : « Avec quel membre de votre arbre généalogique partagez-vous votre date d’anniversaire ? ». Puisqu’il se trouve que mon anniversaire est à l’ordre du jour, j’ai décidé de m’amuser à répondre aux trois questions du test que Randy propose :

  • mes ancêtres

    Retour vers le passé : 17 mai 1865

    Partie en quête d’inspiration pour ce blog, je découvre le nouveau défi lancé par Randy Seaver, auteur du blog Genea-Musings, dans sa rubrique « Saturday Night Genealogy Fun ». Ce défi s’intitule « Where Were Your Ancestors 150 Years Ago? » , soit : « Où étaient vos ancêtres voilà 150 ans ? ». Vous l’avez deviné : j’ai décidé de le relever. Posons d’abord le décor : en ce 17 mai 1865, la Vénétie n’est pas encore incluse dans le tout jeune état italien. La région appartient toujours au Royaume Lombardo-Vénitien, territoire dominé par l’Autriche mais amputé de presque toute la Lombardie depuis 1859, suite à la seconde guerre d’indépendance italienne. Il faudra attendre encore…

  • humeur,  mes ancêtres,  outils

    Mon coming-out : j’ai fait tester mon ADN

    Les analyses d’ADN à but généalogique sont interdites en France. Plus précisément : il est interdit à une société française d’en commercialiser. Car rien n’interdit à un Français de s’adresser à une société étrangère pour faire un test. Du moins je l’espère, car j’ai franchi le pas. Si j’ai choisi un titre un peu provocateur pour cet article, c’est que le sujet semble encore tabou dans le monde des généalogistes français. Il est vrai que le domaine de l’ADN touche à l’intime, et c’est peut-être ce qui explique la réserve générale. Mais certains ont l’air de voir dans ces tests une abomination que je ne perçois pas.

  • outils,  vie du site

    WordPress et généalogie – Partie II : l’arbre généalogique

    Plusieurs plugins permettent de mettre en ligne une généalogique sur un site WordPress. J’en ai testé quelques-uns, capables d’intégrer un fichier gedcom constitué par ailleurs, comme rootsPersona ou rootsPress. Ils auraient pu me convenir si je n’avais souhaité avoir une généalogie multilingue. Ils sont sans doute également mieux adaptés à un site ne présentant que la généalogie, car certains gèrent les fiches des individus comme des articles. Dans un site contenant également un contenu rédactionnel hors de l’arbre généalogique, ces articles se trouvent mélangés à ceux de la partie purement rédactionnelle, ce qui est plutôt gênant. J’ai également creusé la piste geneweb mais je n’ai trouvé aucun plugin qui m’aurait…