Paderno del Grappa et Fietta

Armoiries de Paderno

La commune de Paderno del Grappa est située dans la province de Trévise, En Vénétie. Elle se trouve à 58 km au nord de Venise et à 5 km à l’est de Borso del Grappa. Sa superficie est de 19,5 km² et ses coordonnées sont 45°49 46 N et 11°51 35 E.

L’hôtel de ville est à une altitude de 292 m. Tout comme Borso, Paderno est située au pied du Monte Grappa, sur la bande préalpine qui s’étire du Brenta au Piave, et s’étend entre le massif calcaire préalpin et les collines qui descendent doucement vers la plaine du Pô et Venise.
La ville s’est appelée Paderno jusqu’en 1867, Paderno d’Asolo de 1867 à 1920, et Paderno del Grappa à partir de 1920. Comme celui d’autres communes situées au pied du Monte Grappa, son nom a en effet été complété avec le suffixe « del Grappa » après la première guerre mondiale, en souvenir des combats qui se sont déroulés dans le massif.

 

Fietta : le hameau des Andreatta

Fietta : le hameau de Sant Andrea et sa chapelle

Le hameau de Fietta est distant du centre de Paderno del Grappa de 1,89 km et s’élève à une altitude de 382 m. Durant la République de Venise, il était inclus dans le podestat d’Asolo. Devenu indépendant en 1806, après l’intégration de la Vénétie dans l’empire Napoléonien, il fut inclus dans la commune de Crespano dès 1808. Depuis 1819, il dépend de la commune de Paderno del Grappa,
Bâti sur les pentes du Monte Grappa, le hameau possède un relief plus montagneux que celui du centre de Paderno. Fietta est d’ailleurs la paroisse à l’altitude la plus élevée du diocèse de Trévise.
Fietta est le berceau du patronyme Andreatta, porté par mon arrière grand-mère, dans la province de Trévise. Il s’y trouve d’ailleurs une chapelle dédiée au « saint patron » de la famille : San Andrea, construite au XIVe siècle.

La famille Andreatta est présente à Fietta depuis au moins le début du XIIIe siècle, avec Lazzaro da Fietta et ses fils Giacobino et Odorico. En 1815, 35 familles Andreatta (184 personnes) vivaient à Fietta et 22 (95 personnes) à Paderno. Ce patronyme étant si fréquent, la différenciation des différentes branches passait fréquemment par l’attribution de surnoms.
Celui de la famille de mon arrière grand-mère était « Lovisat », dérivé du nom de son ancêtre « Alvise Andreatta », qui vécut à Fietta durant la première moitié du XVIIe siècle.