Vers l’Australie

Italiens australie 2001

Distribution par état australien des habitants natifs d’Italie, d’après le recensement de 2001 [Australian Bureau of Statistics**]

L’Australie devient une terre d’émigration pour les Italiens à la fin du XIXe siècle, mais le phénomène explose dans les années 1950 avec la mise en place en Australie d’une politique multiculturelle. Dans les années 1870, 150 Italiens s’installent chaque année en Australie. Ils sont 6 à 7000 par an dans les années 1970. Nombre d’entre-eux se sont installés dans les états australiens de Victoria (Vic.) et de la Nouvelle Galles du Sud (NSW). Selon le graphique ci-contre, l’état de Victoria arrivait en tête en 2001 au classement de la proportion des natifs d’Italie dans la population totale. Les Italiens y sont arrivés dès le début du XXe siècle, mais le phénomène s’est nettement amplifié après la seconde guerre mondiale. Le record a été enregistré en 1971, avec l’arrivée de 121.000 Italiens dans l’état de Victoria. Par la suite le phénomène s’est infléchi mais les natifs d’Italie étaient encore 76.906 dans cet état selon le recensement de 2011.

Tombe de Lino Andreatta et de sa femme, dans le cimetière San Remo de Wonthaggi
(Source : http://www.australiancemeteries.com/)

Lino Andreatta n’a pas pu suivre le chemin de la Californie, tracé par ses frères et sœurs. En effet, en 1924 les USA avaient établi des quotas d’immigration par pays. Sachant qu’il était plus facile d’entrer aux USA en venant d’Australie, il a débarqué le 3 février 1926 à Melbourne, en provenance de Gênes. Mais il lui faut un passeport australien pour émigrer aux USA. Lino acquiert la nationalité australienne le 26 mars 1931, puis il épouse Elizabeth Royston en 1933. Bien établi en Australie, il décide finalement d’y rester. Selon les informations enregistrées lors des divers recensements, il a travaillé successivement comme coupeur de canne à sucre et employé de l’industrie du caoutchouc. Elizabeth et Lino ont vécu à Carlton, puis à Fitzroy, dans l’état de Victoria.
Par la suite, la plus jeune sœur de Lino, Paola Andreatta, suivit la même voie. Son mari Giuseppe Pandolfo, qui était menuisier, partit le premier après la seconde guerre mondiale avec leur fille ainée Zita. Tous deux habitèrent chez Lino et Elizabeth. Paola le rejoignit plus tard avec leurs quatre autres filles, une fois qu’ils eurent réussi à économiser suffisamment d’argent pour payer le voyage.

Giulio Canova a quitté Borso pour l’Australie en 1922. Sa future épouse, Speransa Mocellin, a fait le voyage trois ans plus tard. Ils se sont mariés en 1925 à Corrimal, dans la banlieue nord de Wollongong, une ville de l’Illawarra, en Nouvelle Galles du Sud, située à environ 60 kilomètres de Sydney. La population de Wollongong a plus que doublé entre 1947 et 1961, du fait de l’immigration. L’héritage italien est très important dans l’Illawarra, cette région est la deuxième de l’état, après Sydney, en terme de population d’origine italienne. En juin 2014, elle a mis en ligne un musée virtuel de l’immigration italienne (Virtual Museum of Italian Immigration in the Illawarra) destiné à collecter et sauvegarder des témoignages de cet héritage italien.

wollongong

Salle de repos des mineurs de Corrimal [http://www.illawarracoal.com]

Giulio Canova et Speranza Mocellin ont d’abord vécu dans une maison de mineur à Balgownie, un faubourg de Wollongong, puis ils se sont installés à Tarrawanna, autre faubourg de Wollongong. Ils y avaient fait construire une maison où ils élevaient une vache et cultivaient un potager et une vigne, un environnement qui leur rappelait peut-être celui de leurs familles à Borso.
Giulio travaillait comme mineur dans la mine de charbon de Corrimal, qui a été exploitée de 1870 à 1986. Le charbon était une grande richesse pour la région et ses habitants, à tel point qu’il était surnommé « black diamond » : le diamant noir.

Le frère ainé de Giulio, Bortolo Canova, avait ouvert la voie et vivait lui aussi près de Wollongong, avec son épouse Australienne. Tout près de là vivait également Marcello Mocellin, un frère de Speranza. Bortolo Canova, un cousin de Giulio et de Bortolo, et son épouse Teresa Dalla Zanna étaient eux aussi arrivés de Borso pour s’installer à Bowral, une ville également située dans l’état de Nouvelle Galles du Sud, à une heure de route environ de Wollongong.