Destins particuliers

Une condamnation à mort

Giacobino Chegna, notaire à Treviso, a été jugé et condamné à mort pour avoir participé à la « conspiration des notaires » en 1356, dont le but était de remettre Treviso aux mains de Luigi d’Ungheria, allié des da Carrara, qui avait envahi la Vénétie et assiégeait la ville.

Un homicide

Le 13 octobre 1410 : le corps de Benedetto del Schiva est retrouvé près de la fontaine Bader, à Fietta. Il présente dix blessures avec effusions de sang. Son fils Zanantonio, déclare qu’il était parti au pâturage. Les deux accusés sont Domenico della Creazza et son fils Cumino, qui s’étaient battus juste avant avec Zanantonio et Benedetto, suite à un ancien contentieux entre les deux familles. Les deux hommes s’étant enfuis, ils sont condamnés par contumace au bannissement perpétuel, ou à la peine de mort s’ils venaient à être capturés.

Ensevelis sous leur maison

Le tremblement de terre de la Santa Costanza, qui a violemment frappé l’Asolano le 25 février 1695, a été fatal à trois membres de la famille Guadagnin : Bernardino Guadagnin, sa femme Maria Bertolo et leur dernière fille Domenica, âgée de cinq ans, sont morts à Borso ce jour, ensevelis sous les décombres de leur maison.

Un suicide

Le 13 août 1812, Giovanni Vedovotto s’est donné la mort à 48 ans. Sur son certificat d’inhumation, le prêtre a écrit :

« afflito da mallatia scorbutica, e divenuto delirante, si toglie in ieri da se stesso la vita con un laccio. Egli era uomo di bonissimi costumi e sempre vissuto cristianamente et pocchi giorni prima avea fatta la confessione di suoi peccati« . (Atteint du scorbut, il est devenu fou et s’est ôté la vie avec une corde. C’était un très honnête homme qui avait toujours vécu chrétiennement et qui avait confessé ses péchés peu de jours auparavant.)

Je ne sais pas si le scorbut peut effectivement rendre fou, ou si Giovanni était atteint d’une autre maladie, mais le prêtre n’a pas eu le cœur de refuser à ce bon chrétien une sépulture religieuse, malgré son geste fermement réprimé par l’Église.

Victimes de guerres

1915-1918

1939-1945

  • Giacinto Andreatta est décédé à 23 ans le 4 avril 1943, en Croatie.
  • Luigi Vedovotto est décédé à 22 ans le 14 février 1944, en Grèce.
  • Albino Vedovotto a été fait prisonnier à Borso par les nazis du commando Andorfer, lors du « rastrellamento del Grappa », puis pendu à Bassano le 26 septembre 1944, à l’âge de 24 ans. Une plaque à sa mémoire est posée sur l’un des arbres de la « Viale dei martiri », à Bassano del Grappa.
  • Eugenio Andreatta est décédé à 21 ans le 11 avril 1945, au camp de concentration d’Aufkirch, situé près d’Überlingen, dans le Bade-Württenberg en Allemagne. Il est inhumé au cimetière proche, à Birnau.