• mes ancêtres

    Un fabbro chez mes ancêtres

    Pour le généathème de mai 2020, Sophie Boudarel nous propose de nous intéresser à nos ancêtres ayant exercé un “métier d’art”. L’Institut National des métiers d’arts en liste 181 types, et pourtant j’ai eu bien du mal à trouver un sujet pour cet article. Mes ancêtres sont en effet très majoritairement des paysans (villico, pastore, possidente, contadino), et quelques-uns sont des artisans (mugnaio, mulinaro). Au XIXe s, les femmes étaient souvent enregistrées comme fileuses (filatrice, filaressa) ou tisseuses (tessitrice, tessitora, tessara) et j’ai même trouvé une guchiaressa (tricoteuse de chaussettes). Mais il s’agissait là d’activités textiles exercées à la maison pour améliorer l’ordinaire, pas de métiers appris après un apprentissage…

  • mes ancêtres

    Un avril pour Florentine

    Fin mars 2020, la gazette des ancêtres* a proposé un nouveau défi aux généablogueurs : avec le hashtag #Genealogie30, publier chaque jour du mois d’avril un article ou un tweet sur l’un de nos ancêtres, chaque publication répondant à une question différente relative à sa vie. J’ai choisi de relever ce défi mais, pour une fois, je me suis tournée vers ma généalogie maternelle, originaire de Haute-Savoie. C’est donc ce que je connais de la vie de mon arrière grand-mère Florentine ROCHET que j’ai partagée avec ceux qui me suivent sur twitter durant tout le mois d’avril. Voici le récapitulatif de tous ces tweets, rassemblés dans un seul document :…

  • Lieux d'émigration,  tools,  ancêtres italiens

    Les Italiens de France au prisme des naturalisations (I)

    En octobre dernier, un article publié sur le carnet de recherche Hypothèses des Archives Nationales montrait comment les données de naturalisation pouvaient être utilisées pour étudier l’immigration des Polonais dans les Hauts-de-France. En le lisant, je m’étais dit qu’il serait intéressant de faire la même chose pour les Italiens (monomaniaque, moi ?).J’avais ensuite remisé cette idée dans un coin de ma mémoire, mais elle s’est rappelée à mon bon souvenir au moment du confinement national dû à un maudit virus. Pourquoi ne pas profiter de ce temps imposé en intérieur pour essayer ?”. Chose dite, chose faite…

  • Uncategorized

    “Clic-clac, merci Kodak !”

    Mon père a quitté l’Italie au lendemain de la guerre, avec juste une valise qu’il a dû acheter. Il avait d’ailleurs coutume de dire avec un peu d’amertume : “l’Italie ne m’a même pas donné une valise pour partir…”. Il s’est fait un point d’honneur d’apprendre le français et, comme beaucoup d’émigrés Italiens, il ne voulait pas apprendre sa langue maternelle à ses enfants. Et même si j’allais chaque été en Vénétie, j’ai en ma possession très peu d’objets liés à mes ancêtres italiens.Autant dire que le #généathème de mars, consacré aux objets de famille, ne m’a au départ pas beaucoup inspirée. Et puis j’ai redécouvert récemment un objet qui…

  • ancêtres italiens

    Généalogie en Italie : rendez-vous en mars !

    Comme chaque année en mars, et depuis désormais 6 ans, les Éditions Archives et Culture et la Mairie du XVe arrondissement de Paris s’associent pour organiser le grand salon de la généalogie. Je m’y étais rendue “officiellement” en 2016, pour dédicacer mon guide Retrouver ses ancêtres Italiens qui venait de sortir. Quatre ans plus tard, j’ai accepté l’invitation de mon éditeur à faire partie des conférenciers…

  • mes ancêtres

    Où va me mener 2020 ?

    Le début d’année est traditionnellement une époque de bilan et de projets. Je ne le fais pas à chaque fois mais, boostée par mes recherches pour le calendrier de l’Avent 2019, j’ai décidé de m’y plier. Retour donc sur quelques avancées de 2019 et sur ce que j’aimerais que me réserve 2020 pour ma généalogie italienne.