Cinquième bloganniversaire

J’ai failli oublier qu’aujourd’hui 24 novembre mon blog a eu 5 ans !
Et si j’ai la tête ailleurs c’est parce que pour fêter ça (en fait c’est un hasard, mais qui tombe bien quand même) je me trouve précisément en ce moment en train de fouler le sol qui a nourri mes « Racines en Vénétie ».

Alors pas de gâteau d’anniversaire ni de statistiques de consultation, mais un aperçu d’une armoire aux trésors qui s’est ouverte devant moi ce soir : celle des archives paroissiales de Borso… De quoi trouver des sujets pour les 5 ans à venir ?


Cartographie : où sont nés mes ancêtres ?

A la fin du mois dernier, j’ai lu avec un grand intérêt l’article Cartographiez vos ancêtres ! publié sur le blog « Des Aïeux et de Hommes ». Je partage en effet entièrement l’avis de l’auteur concernant l’intérêt d’avoir un aperçu très visuel des données enregistrées dans sa généalogie.
J’ai donc entrepris de m’inspirer de l’approche proposée, en l’adaptant un peu :

  • Si j’en reste au niveau du département (ou de la province pour l’Italie) la carte sera assez peu intéressante : en effet mes ancêtres ont très peu bougé (qu’il s’agisse d’ailleurs des Vénitiens ou des Savoyards). Je suis donc descendue au niveau de la paroisse, en choisissant celle du baptême/naissance
  • Le passage par une requête SQL me semblant quelque peu rébarbatif, j’ai choisi une autre voie pour obtenir le fichier .csv nécessaire à l’outil de cartographie

Readmore..


Mon Sosa 666, un sorcier ?

tw_666A l’approche d’Halloween et de ses petits démons, un vent de folie diabolique a commencé à souffler sur Twitter parmi les généablogueurs : la recherche du #sosa666. Je dois admettre qu’habituellement le bourrage de crâne « made in USA » du 31 octobre me tape plutôt sur les nerfs. Mais si c’est prétexte à un article généalogique, pourquoi pas ?…

Je n’ai pas encore trouvé chacun des 3 actes essentiels relatifs à mon sosa 666. Mais j’ai néanmoins réussi à rassembler certaines informations à son sujet : Readmore..


Le « sang neuf » des prêtres

mestieri-preteSi les prêtres catholiques ont toujours été tenus au célibat, cela ne les oblige en rien à ne pas vivre entourés de femmes. Pour qu’ils puissent se consacrer le plus possible à leur mission, ils étaient aidés pour les tâches quotidiennes par les sacristains et autres servantes. Dans les campagnes, les « bonnes de curé » étaient même souvent des membres de leur famille. Serge Brunet, dans son article « Les prêtres des campagnes de la France du XVIIe siècle : la grande mutation »*, écrit par exemple au sujet du diocèse de Bordeaux :

Les curés vivent d’ailleurs rarement seuls ; ils sont accompagnés par une sœur, une belle-sœur ou une nièce.

La situation est sans doute sensiblement équivalente en Italie à cette époque. J’en ai tout au moins trouvé quelques exemples au sein des registres de Vénétie que je parcours depuis plusieurs années. Readmore..


Point de vue…

Ce court article n’a pas d’autre ambition que celle de partager avec ceux qui me font le plaisir de suivre mon blog une découverte faite hier.
Depuis le début de mes recherches généalogiques et historiques au sujet de Borso del Grappa, berceau de mes ancêtres paternels, je savais qu’un livre édité par la commune et intitulé « Borso del Grappa – Ritratto di un comune » (c’est-à-dire « Portrait d’une commune ») avait été publié en 1987. La mairie m’avait indiqué qu’il était épuisé et mes diverses recherches dans les sites d’ouvrages d’occasion n’avaient jamais rien donné… jusqu’au début de ce mois d’août où j’ai découvert qu’une librairie de Florence en proposait un exemplaire d’occasion.
Je n’ai bien sûr pas pu résister : je l’ai commandé et il vient d’arriver… Readmore..


La grande guerre vue de Rosà

Ayant (enfin !) achevé début août la transcription du registre des baptêmes de Borso del Grappa pour la période 1792-1838 (j’en reparlerai peut-être dans un prochain article), l’envie m’a prise de me changer les idées en m’intéressant aux branches de mon arbre paternel originaires d’autres paroisses. C’est ainsi que je suis partie du côté de Rosà, une commune située dans la province de Vicenza, à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Borso.

Eglise Sant Antonio Abate de Rosà

Eglise Sant Antonio Abate de Rosà

Une branche de la généalogie de mon père est en effet originaire de cette commune. Il s’agit de celle de Giovanna ALESSIO (SOSA n°53), née en 1758 à Rosà et qui s’est ensuite établie à Borso chez son époux, Angelo FOLLADOR (SOSA n°52). Grâce aux travaux de préservation menés par l’ARSAS, j’ai pu avoir accès aux images des registres paroissiaux de Rosà et j’y ai trouvé des informations sur la famille de Giovanna ALESSIO.
Mais cet article est consacré à une particularité de ces registres qui concerne une époque beaucoup plus récente que celle où mon ancêtre a vécu à Rosà et qui montre l’impact de la première guerre mondiale sur les populations de la Vénétie. Readmore..


Un FOIA à l’italienne

J’ai récemment lu dans la revue « Il mondo degli archivi », un article très intéressant écrit par Mme Giulia Barrera, membre du servizio Studi e Ricerche (service études et recherches) de la Direzione Generale per gli Archivi (direction générale des archives italiennes), au sujet du décret législatif 97/2016, entré en vigueur fin juin en Italie.
foiaCe décret définit des modalités d’accès des citoyens aux données détenues par les administrations publiques, modalités qui s’apparentent aux lois de type FOIA (Freedom Of Information Act) en vigueur dans les pays anglo-saxons.
Avec l’accord de son auteur et de M. Stefano Vitali, directeur de l’Istituto Centrale per gli Archivi qui édite cette revue, que je remercie ici, je publie ci-dessous ma traduction de cet article.

  • Lien vers l’article original, publié sur « Il Mondo degli Archivi » :

http://www.ilmondodegliarchivi.org/editoriali/368-il-foia-italiano-e-legge-cosa-cambia-nell-accesso-ai-documenti

 Voici ma traduction :

Readmore..


Petit bilan de la cuvée 2016 du ChallengeAZ

alphabet backgrounddEn 2014, j’avais centré le thème de mon challenge sur les migrations de mes ancêtres et collatéraux (D’un clocher à un autre). Après une impasse en 2015, j’ai décidé de participer cette année avec un thème plus généraliste, centré non pas sur mes propres recherches mais sur la généalogie en Italie.

J’ai déjà publié dans ce blog des articles présentant des généralités relatives aux archives italiennes (comme ici, ou …), j’ai donc eu l’envie cette année de mettre en lumière des passionnés, généalogistes amateurs ou associations qui aident les chercheurs d’ancêtres italiens en partageant leurs travaux. Un challenge « boite à outils » de la généalogie italienne en quelque sorte. Readmore..