Ancêtres Italiens : les documents militaires

Bersaglieri 007SM

Bersagliere

A l’occasion du centenaire du début de la première guerre mondiale, les initiatives de mise en ligne par les services d’archives français des registres matricules ou des livres d’or se multiplient. Si l’on y ajoute les informations disponibles sur Mémoire des Hommes (base de données des morts pour la France, journaux de marche et opérations), on peut mesurer la chance qu’ont bon nombre de généalogistes dont les ancêtres ont été mobilisés par la France, puisqu’ils peuvent retracer le parcours militaire de leurs proches sans quitter leur ordinateur.
Ceux qui souhaitent en savoir autant sur leurs ancêtres Italiens ne sont malheureusement pas logés à la même enseigne, loin s’en faut  ! Même si les autorités italiennes ouvrent peu à peu leurs archives au monde numérique, l’éventail de ce qu’il est possible de trouver sur la toile en matière de données militaires reste très en deçà de ce qui est mis à disposition en France.

Petite histoire de la conscription en Italie

La conscription obligatoire a été instaurée sur le territoire italien par Napoléon Bonaparte en 1805, le service militaire durait alors 4 ans. De 1816 jusqu’à l’unité italienne, cette pratique a été globalement maintenue dans la plupart des états, mais avec des modalités variables. Dans le royaume de Lombardie-Vénétie, sous domination autrichienne, les Autrichiens ont par exemple allongé la durée du service militaire, qui pouvait durer jusqu’à 8 ans.
Dès son unification en 1861, l’Italie a décrété la conscription des jeunes hommes âgés de 20 ans. Le premier recrutement date de 1862 et concerne les jeunes hommes nés en 1842. La durée du service militaire et le quota d’appelés ont varié au cours des époques. En 1876, le service a été réduit de 4 à 3 ans, mais le quota a été augmenté de 25 %. En 1910, la durée passe à 2 ans et le quota est majoré de 40 %. Après la seconde guerre mondiale, la durée est portée à 18 mois, puis à 12 mois en 1964, cette diminution de la durée étant toujours accompagnée d’une augmentation des quotas. Le service militaire obligatoire a été supprimé en Italie au 1er janvier 2005.

Partenza dei coscritti

“La partenza dei coscritti del 1866″ (le départ des conscrits de 1866), par Girolamo Induno (http://www.arte.it/)

C’est aux communes que revenait la charge de recenser les candidats au service militaire, soit les jeunes gens résidant sur le territoire communal et atteignant leur vingtième année. La liste obtenue était appelée Lista di leva ou Registro di leva.
Elle était envoyée au mandamento, l’autorité militaire dont dépendait la commune. Un tirage au sort (estrazione) était ensuite réalisé, attribuant à chaque recensé un numéro d’ordre. Il en résultait la Lista di estrazione di Leva dans laquelle chaque conscrit était enregistré avec son numéro de tirage au sort. Chaque année, le ministère déterminait le nombre de conscrits devant être appelés sous les drapeaux, nombre proportionnel à la population de candidats recensée par chaque mandamento. Les conscrits étaient ensuite appelés à se présenter au conseil de révision selon le numéro que le tirage au sort leur avait attribué et le quota d’appelés défini pour l’année.
A l’issue de la visita di leva (conseil de révision), le conscrit était déclaré abile (apte), riformato (réformé), rinviato (réformé temporairement) ou renitente (réfractaire), pour ceux qui n’avaient pas répondu à la convocation.

Les registres militaires

Différents documents d’archives sont donc relatifs à la période militaire en Italie :

  • La lista di leva comporte le nom et le prénom des jeunes gens candidats au service militaire, leur date de naissance, le nom de leurs parents, leur profession. Elle est spécifique à une commune donnée, celle où vit le conscrit au moment de son vingtième anniversaire.
  • La lista dei renitenti mentionne l’identité des jeunes gens qui ne se sont pas présentés au conseil de révision
  • La lista di estrazione di leva comporte le nom du conscrit et le numéro qui lui a été attribué par le tirage au sort.
  • Le ruolo matricolare (registre matricule) comporte, outre l’état civil du conscrit, des données sur son physique, ses signes particuliers. Ce document concerne tous les conscrits ayant passé le conseil de révision, qu’ils aient effectué leur service militaire ou non.
  • Le foglio matricolare (feuillet matricule) comporte l’historique de l’activité militaire des soldats et sous-officiers ayant effectué leur service militaire ou ayant été enrôlés au cours d’une guerre : régiments, avancements, décorations…
  • Le stato di servizio (état de service) concerne uniquement les officiers et décrit le déroulement de leur carrière
  • Le foglio di congedo illimitato (feuille de congé illimité) atteste que la personne est relevée de ses obligations militaires. Il comporte des renseignements identiques à ceux du ruolo matricolare.
Lista_di_Leva_sample_01_(title_page)

Couverture de la “lista de leva” de 1870, commune de Borzonasca (FamilySearch)

La lista di leva existe en deux exemplaires. Le premier est conservé dans les archives du district militaire concerné (Centro Documentalo dell’Esercito Italiano ou centre documentaire de l’armée italienne), la seconde est déposée auprès du procureur de la république durant 70 ans, puis reversée à la délégation des archives d’état de la province de rattachement de la commune.
Le ruolo matricolare et le foglio matricolare des sous-officiers et des simples soldats sont eux aussi en principe reversés après 70 ans par les autorités militaires aux délégations des archives d’état de la province dont relève le district militaire. Les subdivisions civiles et militaires ne se superposant pas exactement, il se peut donc que le registre matricule d’un soldat soit consultable auprès des archives d’une province qui diffère de celle à laquelle est rattaché sa commune de naissance. En outre ce reversement n’est pas systématique. Dans certaines régions, des données de plus de 70 ans peuvent encore être en possession des centres documentaires de l’armée. Le foglio matricolare des officiers est pour sa part conservé par le Ministère de la Défense.

Une fois qu’ils sont déposés auprès des archives d’état (Archivio di Stato), tous ces documents sont librement consultables par le public. Ces services d’archives peuvent également disposer de documents militaires relatifs à la période pré-unitaire. Mais dans ce cas le fonds documentaire est très variable d’une province à une autre, puisqu’il dépend de l’organisation du territoire et de son histoire antérieurement à la création de l’état italien. Dans tous les cas, une consultation de l’inventaire du fonds de ces archives permet de savoir ce qu’il sera possible d’y trouver.

Les services des archives d’état ne doivent en théorie montrer aucune réticence à fournir une copie d’un foglio matricolare présent dans leur fonds, puisque ce document a plus de 70 ans. Pour autant, et malheureusement comme souvent en Italie, l’éventail des réponses apportées aux généalogistes va de la plus grande disponibilité et amabilité à l’absence totale de réponse.
Il n’y a par contre rien à perdre à essayer. J’ai pour ma part fait deux demandes en ce sens par e-mail auprès des archives de Treviso et j’ai reçu par deux fois les documents demandés, rapidement et sans aucun frais, la personne qui avait pris en charge ma demande ayant même pris la peine, ne trouvant pas la fiche de mon grand-père, de rechercher parmi les homonymes.

Dans un prochain article, je présenterai ce que j’ai pu reconstituer du parcours militaire de mes grands-oncles grâce à ces documents.

Via leur site internet, les archives de certaines provinces italiennes permettent la consultation en ligne de certains documents, en particulier les Liste di leva.

C’est par exemple le cas pour les provinces de :

Parmi les autres ressources militaires :

  • Des microfilms ont également été réalisés par FamilySearch : Documenti Militari
  • Livre d’or (Libro d’oro) des soldats tombés durant la première guerre mondiale : http://www.cadutigrandeguerra.it/
  • Albo d’oro Italia (morts de la1ère guerre mondiale, médailles militaires depuis la 1ère guerre d’indépendance…) : http://www.albodoroitalia.it/
  • Coordonnées des centres de documentation de l’armée (Centri Documentali dell’Esercito Italiano, ex Distretti militari)  :  http://www.esercito.difesa.it
  • Coordonnées du Ministère de la Défense à Rome, pour les états de service des officiers et sous-officiers :
    MINISTERO DELLA DIFESA
    Direzione Generale per il Personale Militare
    V Reparto – 12 Divisione
    viale dell’Esercito, 186
    00143 ROMA