Mon ” top 10 ” pour la généalogie italienne

En ce début d’année, le magazine GenealogyInTime a publié la version 2015 de son “top 100″ des sites de généalogie : Top 100 Genealogy Websites of 2015
Plusieurs détails m’agacent dans ce classement, en particulier :

  • la profusion de sites payants
  • le fait que la gratuité ne soit pas un argument suffisant pour que FamilySearch devance Ancestry
  • la déclinaison de ce même Ancestry dans toutes les version linguistiques possibles, qui fait que cette entreprise est citée pas moins de 6 fois parmi les 100 premiers
  • la prédominance des sites états-uniens et anglo-saxons

Ces biais sont sans doute largement dus au fait que le site qui propose ce classement est basé aux États-Unis et s’adresse aux généalogistes de ce pays. Mais même s’il est agaçant, ce palmarès m’a inspiré l’idée de cet article. Puisque le #geneatheme de janvier est “l’entraide”, j’ai donc décidé de publier ici “mon” palmarès des 10 premiers sites qui permettent aux généalogistes en quête de leurs racines italiennes d’avancer. J’ai volontairement écarté de ce palmarès les sites qui ne sont dédiés qu’à une seule région ou une seule commune. Le classement qui suit n’engage bien entendu que moi, mais je l’assume !

Lire la suite…


Dimanche, je suis restée chez moi

J’ai dédié ce site et ce blog à la généalogie. Mais un généalogiste, même passionné, ne peut rester constamment le nez dans des registres. Il lui arrive de sortir la tête du guidon et de regarder le monde qui l’entoure, surtout quand l’actualité est si forte qu’en ce début d’année. Une fois n’est pas coutume, je vais donc traiter ici d’un sujet qui n’a rien à voir avec la généalogie. Les lignes qui suivent traduisent mon ressenti, sans jugement envers ceux qui ne le partagent pas. J’ai simplement eu besoin de mettre en mots ce que je ressentais.Lire la suite…


12 mois sur “venarbol.net”

Après avoir fait un bilan de mon année généalogique (voir Le point de décembre), l’envie m’a prise de jeter un œil sur l’année 2014 du point de vue de mon site, à partir des statistiques fournies par google analytics.
En chiffres bruts, du 1er janvier au 27 décembre 2014 :

  • 50 articles publiés dans le blog (51 avec celui-ci), dont 26 pour le Challenge AZ. J’ai donc pu tenir le rythme de 2 articles par mois, hors challenge
  • 33.324 utilisateurs et 96.616 pages vues (contre 90.458 pages vues en 2013)
  • 3 quarts de nouveaux visiteurs pour 1 quart de fidèles
  • 2,22 pages vues par visite et une durée moyenne de 4 mn et 45 s

Le taux de rebond global (proportion de visiteurs ayant quitté le site après n’avoir vu qu’une seule page) est de 42,25 %, ce qui n’est pas fantastique. Mais les chiffres par pays montrent que le pays de connexion pour lequel il est le plus faible est l’Italie (34,35 %), ce qui me ravit.Lire la suite…


Le point de décembre

“En décembre je fais le point”, tel est le sujet du généathème qui nous était proposé par la gazette des ancêtres pour cette fin d’année. Je me suis donc lancée dans cet exercice de retour sur 12 mois de généalogie.

En fin d’année dernière, mes projets pour 2014 étaient de :

  • terminer l’écriture du guide sur la recherche d’ancêtres italiens
  • poursuivre la découverte des ancêtres de mon père
  • poursuivre le dépouillement systématique des registres de la paroisse de Borso
  • poursuivre ma quête des Vedovotto du monde entier

C’était certainement très (trop) ambitieux et 12 mois ne m’ont pas suffi pour progresser de manière équivalente sur tous ces objectifs.Lire la suite…


A la recherche de l’acte perdu

Au fil de mes dépouillements des registres paroissiaux de Borso, j’ai découvert récemment l’acte de décès suivant :

Disertore francese decesso 1814

Paroisse de Borso, décès 1800-1888, p. 39

19 Genn. 1814
Gio Gio:Batta figlio di Giuseppe Pignato disertore Francese nato nelle vicinanze
di Legnago d’anni tra i 20 e 30 morì jeri alle ore due tre circa pome-
ridiane dopo 15 giorni di malattia chiamata la scabia che le ebbe impiega-
to per ogni porte munito dei ss. sacramenti Penitenza, Eucaristia ed estre-
ma unzione aggiuntavi la benedizione papale e la raccomandazione dell’a-
nima. Il suo cadavere fu questa sera sepolto in questo cimitero
previa la licenza dell’Offiziale civile per me Arpte Munari e di tre
altri sacerdoti.

Soit :
19 janvier 1814
Gio:Batta (Giovanni Battista) fils de Giuseppe Pignato, déserteur français né près de Legnago et âgé de 20 à 30 ans, est mort hier vers 3 heures de l’après-midi après 15 jours d’une maladie appelée scabia qui l’a atteint dans tous les orifices (!), muni des saints sacrements de pénitence, d’Eucaristie et d’extrême onction, auxquels s’est ajoutée la bénédiction papale et la recommandation de l’âme (à Dieu). Son corps a été inhumé dans ce cimetière ce soir, avec l’autorisation de l’officier civil, par moi-même Munari curé et par trois autres prêtres.

Cet acte m’a interpellée à plusieurs titres :Lire la suite…


Documents militaires : le parcours de mes grands-oncles

Dans un précédent article, consacré aux documents militaires italiens, j’avais mentionné avoir reçu de l’Archivio di Stato de Treviso une copie du foglio matricolare (feuillet matricule) de mes grands-oncles. Comme promis, je présente ici ces documents et ce qu’ils m’ont appris de la vie de militaire des frères de mes grands-parents. Cet article me permettra également de participer au #généathème du mois de novembre, consacré à la première guerre mondiale, car mes grands-oncles ont précisément vécu leur période militaire durant ce conflit.
L’Archivio di Stato m’avait signalé n’avoir dans ses dossiers aucun foglio matricolare au nom de mon grand-père, Sebastiano Vedovotto. Je n’ai pas été surprise car je sais qu’il souffrait d’un handicap à une jambe et je pense donc qu’il a été réformé par le conseil de révision, même si je ne dispose d’aucun document le certifiant.Lire la suite…


“généalogie”, un mot toujours tabou en Italie ?

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la généalogie italienne, j’ai lu à plusieurs reprises cette mise en garde : “si vous écrivez ou allez en Italie, ne dites pas que vos demandes d’actes concernent la généalogie, dites que vous travaillez sur votre histoire familiale. Les Italiens se méfient des généalogistes, qu’ils considèrent comme des voleurs d’héritage”.

Cette réflexion est certainement issue d’une expérience vécue, mais je ne pense pas qu’on puisse continuer à répéter que les Italiens sont allergiques au mot “généalogie”.
Je m’appuie pour cela sur plusieurs exemples récents :Lire la suite…


Ancêtres Italiens : les documents militaires

Bersaglieri 007SM

Bersagliere

A l’occasion du centenaire du début de la première guerre mondiale, les initiatives de mise en ligne par les services d’archives français des registres matricules ou des livres d’or se multiplient. Si l’on y ajoute les informations disponibles sur Mémoire des Hommes (base de données des morts pour la France, journaux de marche et opérations), on peut mesurer la chance qu’ont bon nombre de généalogistes dont les ancêtres ont été mobilisés par la France, puisqu’ils peuvent retracer le parcours militaire de leurs proches sans quitter leur ordinateur.
Ceux qui souhaitent en savoir autant sur leurs ancêtres Italiens ne sont malheureusement pas logés à la même enseigne, loin s’en faut  ! Même si les autorités italiennes ouvrent peu à peu leurs archives au monde numérique, l’éventail de ce qu’il est possible de trouver sur la toile en matière de données militaires reste très en deçà de ce qui est mis à disposition en France.Lire la suite…