ancêtres italiens,  histoire

Soldats de Vénétie sous la bannière autrichienne

De la chute de Napoléon Ier (1815) à l’intégration au tout jeune Royaume d’Italie (1866), la Vénétie et le Frioul occidental ont été inclus dans le Royaume de Lombardie-Vénétie, rattaché à l’Empire d’Autriche. Cette période est tristement connue des généalogistes, car elle marque la fin de la tenue des registres d’état civil par les communes, qui avait été instaurée durant la période napoléonienne. L’enregistrement des actes de naissance/baptême, mariage, et décès/sépulture redevient la prérogative des seules paroisses. Les registres correspondants sont toujours conservés par les paroisses et ils ne sont malheureusement qu’exceptionnellement numérisés, et encore plus exceptionnellement publiés en ligne.

Il est néanmoins possible de trouver certaines traces dans d’autres ressources, comme par exemple celles relatives au service militaire. La Patente Impériale du 17 septembre 1820 établit les règles de la conscription au sein du Royaume de Lombardie-Vénétie, qui était divisé en huit districts militaires. En Vénétie, le Gouvernement communiquait chaque année aux communes le nombre de soldats qu’elles devaient fournir, calculé sur la base de la population totale. Tous les hommes âgés de 20 à 25 ans non accomplis étaient susceptibles d’être enrôlés, à condition de mesurer au moins 5 pieds de Vienne (environ 1,58 m) et de n’avoir ni maladie ni infirmité. En étaient exemptés les fonctionnaires publics, les instituteurs et les professeurs, les prêtres et les séminaristes. Les recrues étaient sélectionnées parmi les conscrits par un tirage au sort et devaient accomplir un service militaire d’une durée de huit ans !

Les fiches matricules

Une partie des fiches matricules des soldats de l’Empire d’Autriche-Hongrie a été numérisée et mise en ligne sur FamilySearch. Elles figurent au sein d’une vaste collection classée derrière les mots-clés “Osterreich armee“, qui contient des registres matricules mais aussi des registres émanant d’hôpitaux militaires : https://www.familysearch.org/search/catalog/results?count=20&query=%2Bkeywords%3AOsterreich%20%2Bkeywords%3Aarmee
J’avoue ne pas m’y être intéressée jusqu’à ce que je découvre voilà une semaine le travail de Monsieur Gastone Fusaro, qu’il a publié sur son site Archivio Fusaro. Il a dépouillé et indexé les films publiés sur FamilySearch relatifs au soldats de Vénétie et du Frioul enrôlés de 1814 à 1866 dans le 16° Infanterie Regiment (16e régiment d’infanterie), qui a combattu entre autres en 1859 à Solferino contre l’armée de Napoléon III, et le 8° Jäger Bataillon (8e bataillon de chasseurs). L’auteur du site indique s’employer à faire le même travail pour le 13° Infanterie Regiment.
Gastone Fusaro a également publié sur son site des textes retraçant l’histoire de ces deux régiments et de leurs soldats de Vénétie.

J’ai donc parcouru ces index à la recherche des jeunes hommes nés à Borso del Grappa, pour compléter l’arbre généalogique de toutes les familles de la paroisse, que je publie ici : Les familles de Borso del Grappa
J’ai ainsi répertorié 50 jeunes hommes qui avaient été tirés au sort et avaient accompli leur service sous le drapeau autrichien : 48 au sein du 16° Infanterie Regiment et 2 au sein du 8° Jäger Bataillon. Les fiches ne sont pas faciles à lire, les mentions pré-imprimées sont en allemand, et le texte manuscrit est souvent difficile à déchiffrer.

Exemple de fiche :
Giacomo Barcarolo, né à Borso, district d’Asolo, province de Treviso, Vénétie (Venetianischen Land) en 1813, catholique, célibataire (Stand : ledig), sans profession (Profession : ohne)

Ce soldat a été enrôlé dans le 16° Infanterie Regiment du 19 février 1834 au 25 octobre 1842
Une mention est faite à un événement de 1835, que je ne sais déchiffrer.

Pour certains de ces soldats, ces fiches indiquent qu’ils n’ont pas effectué tout leur service militaire au sein du 16° Infanterie Regiment mais ont été transférés dans le 80° Infanterie Regiment, qui comportait lui aussi un bon nombre de soldats originaires de Vénétie, en particulier de la province de Treviso, si j’en crois la collection que j’ai parcourue. L’un d’eux est passé dans la cavalerie, au 7° Chevauxlegers Regiment.
A noter : le système adopté par les autorités militaires autrichiennes consistait visiblement à remplir une fiche par soldat et par régiment, ce qui ne facilite pas le suivi de la carrière militaire des appelés dans les archives.

Francesco FABBIAN, detto Moretto, né en 1838 à Borso del Grappa, a débuté son service militaire au sein du 16° Infanterie Regiment en mai 1859, jusqu’au 1er septembre (?) 1860

Il est ensuite transféré au 80° Infanterie Regiment, jusqu’au 3 novembre 1866

De longues années

Un service militaire qui occupe jusqu’à huit années de la vie d’un jeune homme, c’était certainement très long. Je n’ai relevé deux cas où le soldat s’est marié à Borso avant sa démobilisation, dans l’un des cas, le mariage a été mentionné sur la fiche matricule.

Fiche matricule de Giovanni Battista MOZZELIN au sein du 16° Infanterie Regiment, dans lequel il a été appelé le 7 juin 1847 :
en date du 26 novembre 1856, mention du mariage avec Teresa Angela GUADAGNIN

Il sera définitivement libéré le 31 décembre 1857.

Sur le mariage religieux, célébré dans la paroisse de Borso, le prêtre a indiqué que l’époux “è qua sempre domiciliato tranne anni nove in cui militò sotto l’austriache bandiere” : il a toujours été domicilié ici (dans cette paroisse) à l’exception de neuf années durant lesquelles il a été militaire sous la bannière autrichienne. Il a également mentionné que “lo sposo riporteva il permesso perché permessante dal Capitano del Reggimento” : l’époux a fourni la permission du Capitaine de son régiment.

26 novembre 1856 : mariage à Borso de Gio:Batta MOZZELIN, di GBatta e di Domenica VEDOOTO, avec Teresa GUADAGNIN di Pietro e fu Maria Maddalena MARTINELLO (registres paroissiaux de Borso)

D’autres avaient déjà choisi leur épouse et se sont mariés immédiatement après la fin de leur période militaire :

  • Sebastiano ZAGO a été démobilisé le 25 octobre 1845 et il a épousé Maria BASSANELLO le 13 novembre de la même année
  • Domenico ZAGO a été démobilisé le 25 octobre 1842 et il a épousé Maria DE PAOLI le 23 février 1843

Une fin parfois tragique

Tous les jeunes hommes dont j’ai retrouvé la trace du parcours militaire sous bannière autrichienne n’ont pas eu la chance de vivre leur démobilisation sereinement. La vie devait être rude en garnison, et leur fiche matricule mentionne un décès survenu avant leur démobilisation.

Certains sont rentrés malades et sont morts prématurément :

D’autres sont décédés à l’étranger :

  • Lorenzo PELLIZZER, incorporé le 3 février 1851, est décédé le 9 mars de la même année à l’hôpital de garnison du monastère de Hradisko, à Olomouc, aujourd’hui en République Tchèque (https://www.familysearch.org/ark:/61903/3:1:3Q9M-C9T5-HC65?i=485&cat=176780). Le registre des décès de l’hôpital, lui aussi disponible sur FamilySearch, indique qu’il a succombé au typhus
Enregistrement du décès de Lorenzo PELLIZZER (source : https://www.familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QS7-99VX-FDDH?cat=675783)

En théorie, ces décès survenus hors de la paroisse auraient dus être signalés au prêtre, pour qu’il les enregistre dans ses registres. Pourtant je n’en ai trouvé aucune trace dans les registres paroissiaux, ce qui semblerait indiquer que la notification ne lui en est pas parvenue. Les familles de ces soldats ont-elles été mises au courant ou sont-elles restées indéfiniment sans nouvelle ?
Pour Gregorio ZILIOTTO, une mention insérée dans le stato delle anime semble aller dans ce sens. Face au nom de Gregorio et de celui de son frère Sebastiano, le prêtre a écrit “passati a Venezia nel 1848 e di poi non si ebbe circa ai meddesimi alcuna notizia” : sont allés à Venise en 1848 et depuis lors, on n’a plus eu aucune nouvelle d’eux.

Mention de la “disparition” de Gregorio ZILIOTTO, sur le stato d’anime de Borso

Un mystère vieux de 175 ans a-t-il été résolu grâce aux fiches matricules autrichiennes ?

Sources

12 commentaires

  • mauro romanello

    Buonasera
    da poco mi sono appassionato a questa ricerca sui soldati friulani che hanno combattito sotto le insegne dell’imperialregio esercito austriaco, vorrei che qualcuno mi insegnasse come iniziare la ricerca quali siti consultare o se ci sono gia delle pubblicazioni in merito. Grazie

  • Yves SILVESTRI

    Mon grand père a combattu sous la bannière autrichienne avant d’être fait prisonnier en Russie, puis libéré avant d’émigrer en France.
    J’ai pu retrouver une trace de lui et aussi , je pense de ses frères dans un livre de Giorgio Milocco : Tutti gli uomini dell’imperatore.
    Il répertorie tous ces hommes de plusieurs village voisine de Udine.
    Si cela peut servir ……
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.