• branche Vedovotto,  mes ancêtres

    De Sebastiano à Sebastiano

    J’ai souvent regretté dans les pages de ce blog de disposer de très peu de photographies de mes ancêtres italiens. Mais Internet est décidément un outil fantastique pour les généalogistes, capables de connecter les membres d’une famille à travers l’espace et le temps. Grâce à l’arbre généalogique des familles de Borso que je construit petit à petit depuis quelques années, j’ai pu recevoir voilà quelques jours une photographie de l’un de mes arrières-arrières grands-pères, transmise par un “cousin” dont il est également l’arrière-arrière grand-père.

  • branche Guadagnin,  branche Vedovotto,  mes ancêtres

    Documents militaires : le parcours de mes grands-oncles

    Mon grand-père, Sebastiano Vedovotto, n’a pas fait son service militaire et n’a pas été appelé pour combattre en 1915 quand l’Italie est entrée en guerre. Il souffrait en effet d’un problème à une jambe qui lui a valu d’être réformé. Son jeune frère Ferruccio Bonaventura, né en 1893, a par contre franchi toutes les étapes du processus et s’est vu attribuer le matricule 4310, comme l’atteste le foglio matricolare à son nom. Ce document ne donne pas d’indication sur son physique, car la zone n’a malheureusement pas été remplie. Il m’indique qu’en novembre 1913, Ferruccio a été déclaré soldat de deuxième catégorie (soldato di leva seconda categoria) et laissé en…

  • branche Vedovotto,  Challenges,  mes ancêtres

    Maria Mogno, levatrice

    Maria Mogno (ou Mugno) (1749-1831), était l’épouse de Giovanni Vedovotto et mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère. En dépouillant les registres de baptême de Borso, j’y ai vu son nom cité à plusieurs reprises en tant que levatrice ou ostetrice, c’est-à-dire sage-femme. Elle sera donc le sujet d’un article du #généathème de mars, consacré aux métiers. Les prêtres de Borso n’ont commencé à noter dans les registres de baptême le nom des sages-femmes qu’en 1814. Le nom de mon aïeule y figure à partir de mai 1816. Elle a alors 67 ans et vient de perdre son époux, décédé en décembre 1815. J’ignore si elle a appris ce métier au moment de son…