mes ancêtres

Et si le prêtre s’était trompé ?

Ceux qui suivent ce blog depuis quelques années savent que j’ai consacré pas mal de temps à dépouiller intégralement les registres paroissiaux de Borso del Grappa (province de Treviso), le village de mes grands-parents paternels. J’ai épluché les actes un à un, créé les personnes mentionnées dans mon logiciel de généalogie, puis essayé de reconstituer les familles.
J’écris bien “essayé de reconstituer” car l’exercice n’est pas toujours simple, en particulier avec les homonymes qui sont légion dans une paroisse. J’ai répertorié ainsi quatre Sebastiano BONATO ayant eu des enfants avec une femme prénommée Cattarina dans la première moitié du XVIIe siècle, sans arriver à reconstituer des couples et des fratries, faute de la mention du patronyme de la mère dans les baptêmes.

Ma base de données contient donc un certain nombre d’enregistrements isolés (couples, ou parent/enfant) que je n’ai pas encore réussi à rattacher à un groupe familial identifié. Il faut dire qu’avec une base de près de 25.000 personnes le travail n’est pas simple. Mais parfois les indications données dans un acte n’aident pas, comme dans le cas que je vais présenter dans cet article.

Les enfants de Benetto Dalla Zanna

Mon ancêtre Amadio DALLA ZANNA (Sosa n° 378) a été baptisé à Borso le 16 septembre 1728. Il est le fils de Benetto (diminutif de Benedetto) DALLA ZANNA (lui-même fils d’Amadio) et de Giovanna REGINATO fille d’Anzolo.
Les registres de Borso m’ont appris que Giovanna est décédée le 4 septembre 1731 et que Benetto s’est remarié avec Angela SARTOR le 16 septembre 1737.

J’avais aussi trouvé la trace d’une Maria DALLA ZANNA, fille de Benetto de feu Amadio, au travers de son mariage le 1er mars 1753, et de son décès le 25 juin 1767, à l’âge estimé de 32 ans, soit une naissance vers 1735. En 1735 Benetto DALLA ZANNA était veuf, non encore remarié. Compte tenu de la marge d’incertitude sur l’âge au moment du décès, il m’était impossible de savoir si Maria était née du premier mariage de Benetto DALLA ZANNA ou du second. Car étrangement je n’avais trouvé aucune trace de son baptême dans les registres de Borso.

C’est en cherchant ce que j’avais enregistré au nom de Giovanna REGINATO que j’ai commencé à entrevoir une piste.

Ma base de données ne comportait que deux enregistrement mentionnant une Giovanna REGINATO fille d’Anzolo. Curieusement, ces deux femmes avaient eu des enfants baptisés à Borso à la même époque, et les pères portaient le même prénom : Benetto.

  • Amadio, baptisé le 16/09/1728, fils de Giovanna REGINATO fille d’Anzolo et de Benetto DALLA ZANNA
Baptême de Amadio DALLA ZANNA fils de Benetto et de Giovanna fille de Anzolo REGINATO
  • Maria, baptisée le 03/06/1731, fille de Zanetta (diminutif de Giovanna) REGINATO fille d’Agnolo (=Anzolo) et de Benetto ZILIOTTO
Baptême de Maria ZILIOTTO fille de Benetto et de Zanetta (Giovanna) fille de Agnolo (Anzolo) REGINATO

Le patronyme REGINATO n’est pas originaire de Borso mais typique de Paderno, paroisse située quelques kilomètres à l’est de là. Je n’ai donc pas été étonnée de ne trouver que ces deux mentions d’une Giovanna REGINATO dans les registres de Borso.
Par contre le patronyme ZILIOTTO est très courant à Borso, c’est même le n°1 au hit parade de ma base généalogique. Pourtant, malgré cette grande fréquence, cet acte de baptême était la seule trace de la présence d’un Benetto ZILIOTTO à cette époque dans la paroisse. Pas de baptême, de mariage, de décès ou de naissance d’un autre enfant dans les registres.

Démêler l’écheveau

Sur la base de ces éléments :

  • il est très peu probable que deux femmes différentes identifiées comme “Giovanna REGINATO fille d’Anzolo” aient vécu à Borso à la même période
  • il est très étonnant que la trace d’un Benetto ZILIOTTO n’ait été enregistrée que dans un seul acte de tous les registres

j’ai abouti à la conclusion que la seule explication plausible est que ces deux Benetto époux de Giovanna REGINATO ne font qu’un, et donc que le prêtre s’est trompé de patronyme sur le baptême du 03/06/1731.

Baptême “rectifié” de Maria DALLA ZANNA

Si je considère que c’est bien Maria DALLA ZANNA, fille de Giovanna REGINATO et de Benetto DALLA ZANNA, qui a été baptisée le 03/06/1731, les pièces du puzzle s’emboitent. Et ce d’autant que dans ce cas Benedetto DALLA ZANNA aurait prénommée sa première fille Maria comme sa propre mère, sacrifiant ainsi à la tradition locale, qu’il avait d’ailleurs déjà respectée avec son premier fils qui porte le prénom de son père, Amadio.
En lisant cet acte de baptême, je constate aussi que celui qui l’a écrit, Don Francesco Giacomelli archiprêtre de la paroisse San Zen de Borso, n’est pas celui qui a célébré le baptême, qui est Don Girolamo Fiorentin, chapelain. Une mauvaise transmission de l’information entre les deux prêtres pourrait être à l’origine de l’erreur.

J’aurais donc ainsi retrouvé la trace du baptême de cette Maria DALLA ZANNA fille de Benetto qui s’est mariée le 1er mars 1753. Elle est décédée à 36 ans et non pas à “environ 32 ans” comme indiqué sur son acte de décès. Et je sais qu’elle est la fille de la première épouse de Benetto DALLA ZANNA, et non de la seconde.
Je remarque qu’elle est née le 2 juin 1731 alors que sa mère est décédée le 4 septembre de la même année. L’acte de décès de Giovanna REGINATO indique qu’elle est morte après “un mois de fièvre maligne”. Elle ne s’est peut-être jamais remise de son accouchement.

Avec la correction de cette probable erreur du prêtre, je donne une sœur à mon ancêtre Amadio, et je me trouverai peut-être de nouveaux cousins puisque cette sœur a eu une descendance.

Certes, ma conclusion est fondée sur une hypothèse que je ne peux valider totalement, n’ayant trouvé aucune trace de rectification de cette probable erreur du prêtre. Mais jusqu’à contre-proposition, je la considère comme valide.


Pour consulter l’arbre des familles de Borso : http://www.venarbol.net/borsodg/

12 Comments

  • Tibère Gheno

    Un cas similaire à San Nazario avec une fiche orpheline pour un couple dont le chef de famille était un Gheno.
    Il était absolument impossible de rattacher cette fiche à une fiche de la génération précédente, même en faisant varier le prénom du chef de famille des prénom et nom de son épouse. Finalement la seule variante inexploitée était le nom du chef de famille, il fallait donc vérifier tous les autres groupes familiaux de San Nazario.
    Finalement le seul couple correspondant était dans la famille Dalla Zuanna. Il s’avérait être le bon couple puisque je trouvais le décès de l’enfant avec l’âge correspondant bien à l’année de sa naissance, mais sans le baptême puisque enregistré comme Gheno. J’ai trouvé plusieurs erreurs dans les registres paroissiaux de San Nazario. Pour ces actes erronés des annotations avec justification ont été faites au crayon papier en marge de l’acte pour avertir les chercheurs.
    Dernièrement un brésilien descendant d’une Giovanna Mocellin de Bernardo de San Nazario née en 1869 nous à fait découvrir une erreur. Dans le registre de baptême de San Nazario le prêtre indique qu’un Giovanni Mocellin à été baptisé par Don Domenico Brotto à Valstagna en 1869. En réalité Don Domenico Brotto est le curé de Carpanè dépendant de San Nazario. Le registre de l’église de Carpanè où fut baptisé Giovanni n’existe plus il a été perdu ou détruit. Bernardo émigre au Brésil avec femme et enfants parmi lesquels une Giovanna qu’on connait seulement par son mariage et son décès qui donnent son âge à ces évènements et la font naître en 1869, mais pas de “Giovanni” dont nous ne trouvons aucune trace, même pas le décès tant à San Nazario que dans les paroisses environnantes ni au Brésil. La conclusion est que le prêtre de San Nazario c’est trompé et qu’il s’agissait d’une Giovanna. Nous avons demandé au lointain descendant brésilien de Giovanna Mocellin de trouver les documents de débarquement au Brésil dans lequel nous sommes persuadé figurera une Giovanna et non un Giovanni avec un âge correspondant à celui de “Giovanni”. Il faudra alors faire une démarche auprès du diocèse de Padova pour faire corriger l’erreur du prêtre de San Nazario, ainsi le brésilien pourra récupérer la citoyenneté italienne.
    Nota : les Dalla Zuanna et le Dalla Zanna n’ont rien voir entre eux, sinon que dans les 2 cas il doivent leurs patronymes à une Giovanna/Zuanna ou Zanna, très certainement une veuve comme pour les Dalla Zuanna attesté par un acte notarié du 06.06.1486.

    • venarbol

      Merci pour ce commentaire très riche qui montre, s’il en était besoin, que ce type de cas est loin d’être rare dans les registres paroissiaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.