La Madonnina, piété et guerre sur le Monte Grappa

Sur le sommet du Monte Grappa se trouve un imposant ossuaire militaire de la première guerre mondiale, dont j’ai déjà eu l’occasion de parler dans ce blog (voir les articles cités en bas de page).

madonnina_Grappa2

La Madonnina du Grappa

Outre les dépouilles de plus de 22.000 soldats italiens et autrichiens, cette œuvre accueille une chapelle dédiée à la Vierge. La statue qui s’y trouve est très chère aux habitants de la région, qui l’ont baptisée affectueusement la « Madonnina del Grappa », soit la « petite Madonna du Grappa ». Mes ancêtres l’ont certainement vénérée et je me souviens qu’il ne se passait pas un été, durant nos vacances chez ma grand-mère, où mon père ne nous emmenait voir la Madonnina.
Cette statue de 2 mètres de haut n’a pas été installée là au moment de la construction de l’ossuaire, elle lui est antérieure. A la fin du XIXe siècle en effet, l’épiscopat italien proposa de consacrer au Christ Rédempteur les plus hautes cimes des sommets italiens. En Vénétie, c’est le Monte Grappa qui fut choisi. Monseigneur Giuseppe Sarto, alors Patriarche de Venise et qui allait devenir Pape sous le nom de Pie X, proposa que l’on n’y installe pas une croix mais plutôt une chapelle dédiée à la Vierge Marie.

La chapelle octogonale fut construite en pierre du Grappa, car les voies carrossables manquaient alors pour acheminer des matériaux de construction au sommet de la montagne (le Général Cadorna, commandant en chef de l’armée italienne, y remédiera en 1916). Cette roche locale ne se prêtait cependant pas à la sculpture d’une statue. Le curé de Borso, Don Sebastiano Favero, trouva alors à Lyon une Vierge à l’enfant bénissant, réalisée en fonte bronzée creuse et composée de trois parties, qui pouvaient être transportées séparément à dos de mule.

Inauguration Madonnina

4 août 1901 : le cardinal Giuseppe Sarto redescend du Grappa après la bénédiction. J’aime à penser que dans la foule se trouvent certains de mes ancêtres.

La statue arriva de France en novembre 1900 et fut conservée dans le presbytère de Borso jusqu’au mois de juillet 1901, lorsqu’elle trouva sa place au sommet de la chapelle du Monte Grappa. L’ensemble fut inauguré et béni par Giuseppe Sarto le 4 août 1901. Le prélat avait gravi la montagne sur le dos d’une mule blanche appartenant à Antonio Giacomelli de Borso, faisant une halte pour la nuit à mi-chemin dans une modeste maison de montagne. La cérémonie se déroula en présence d’une foule de près de 6.000 personnes.

De novembre 1917 à novembre 1918, le massif du Monte Grappa fut le théâtre d’intenses combats. La chapelle de la Madonnina se trouvait au cœur des affrontements, sous le feu des canonnades autrichiennes. Le 14 janvier 1918, la statue de la Vierge fut sévèrement mutilée par un tir de canon ennemi. Les soldats italiens la redescendirent, d’abord dans l’église de Borso puis dans celle de Crespano, où tous venaient la prier en espérant la fin de la guerre et le retour des proches.

Sacello_Madonnina_1

Avant la guerre, la Madonnina surmonte la chapelle du Monte Grappa

Sacello_Madonnina_2

Durant la guerre, un prêtre donne la communion à des soldats, devant la chapelle privée de sa statue.

statua_madonnina_del_grappa

La Madonnina, mutilée par les canons

A la fin du conflit, la statue mutilée fut exposée dans différentes expositions dédiées à la Grande Guerre, à Bologne, Gênes, Padoue, Bassano ou Venise, comme un symbole de l’Italie meurtrie mais victorieuse. C’est à Venise, dans les ateliers d’Emanuele Munaretti, qu’elle fut ensuite réparée. Le sculpteur avait consigne de travailler en laissant visibles les traces des blessures reçues au combat.
Le 4 août 1921, 20 ans après sa bénédiction, la Madonnina restaurée regagna triomphalement le Monte Grappa. L’écho de cette cérémonie résonna jusqu’en France, comme en atteste cet article, publié dans la « Semaine religieuse du diocèse de Lyon » le 30 septembre 1921 :

Extrait de la "Semaine religieuse du diocèse de Lyon" (Gallica)

Extrait de la « Semaine religieuse du diocèse de Lyon », édition du 30/09/1921 (Gallica)

Au moment de la construction de l’ossuaire, dans les années 1930, l’ancienne chapelle fut démolie. La Madonnina fut alors installée au centre d’une nouvelle chapelle, intégrée au site de l’ossuaire.

Sacello_Madonnina

La chapelle qui protège la Madonnina, sur la « voie héroïque » qui scande le nom des batailles victorieuses de l’armée italienne dans le massif du Grappa

Outre la statue, la chapelle abrite une curiosité : le pied gauche d’origine de l’enfant Jésus, arraché par les tirs de canons et retrouvé par un promeneur dans le massif après la guerre. Il l’avait tout d’abord gardé chez lui avant de le rendre aux autorités, pris de remord.

madonnina_Grappa1

La statue actuelle de la Madonnina, qui porte la trace de ses blessures de guerre

Chaque année, le premier dimanche du mois d’août, une cérémonie à caractère civil, religieux et militaire continue à rassembler, autour de l’ossuaire et de la Madonnina, les habitants de la Pedemontana et les représentants des régiments qui ont combattu sur le Grappa.

En savoir plus :
Antonio F. Celotto, «Monte Grappa », Tipografia Minchio, Bassano del Grappa, 1966
Antonio F. Celotto e Mario Busana, «Monte Grappa 1900-2000. Testimonianze di un secolo», Battagin, 2005

2 comments to this article

    • venarbol

      on 25 octobre 2015 at 12 h 37 min - Répondre

      venarbol

      La grappa de la région est d’ailleurs réputée. A consommer avec modération ! 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.