G comme giuggiola

Giuggiola c’est le mot italien pour désigner la jujube. Mais il y a fort à parier que cela ne dise pas grand chose à bon nombre d’entre-vous. Ce petit fruit mène en effet une existence très discrète, hormis en Vénétie…

La giuggiola (au pluriel giuggiole) est le fruit du giuggiolo, ou jujubier. L’arbre est originaire de Syrie ou d’Afrique du Nord, selon les sources. Ce sont les Romains qui ont implanté sa culture sur le territoire italien, à la fin de la République Romaine (ca 35 av. J.-C.).
Son nom latin Zyzyphus jujuba, dérive du persan zizfum or zizafun. Il a donné zizoea en vénitien.

En Vénétie, le jujubier a trouvé des conditions de culture optimales, en particulier dans les iles de la lagune de Venise et, sur la terraferma, dans la région des monts Euganéens (Colli Euganei) et sur les rives du lac de Garde. Traditionnellement, il était planté dans les jardins des nobles maisons. Ses fruits étaient consommés frais ou légèrement passés. On en faisait une liqueur très douce réputée pour donner une sensation de plénitude et de félicité. C’est de ce breuvage que dérive l’expression « andare in brodo di giuggiole« , soit « partir en liqueur de jujube », qui signifie tomber en extase.
C’est sans doute au jujubier de l’espèce Zizyphus lotus qu’Homère fait référence lorsqu’il narre qu’Ulysse et ses hommes, débarqués sur l’île des Lotophages, consomment un fruit de « lotus » qui leur fait oublier la nostalgie de leur maison et le désir de rentrer chez eux. Le jujubier était également réputé pour porter chance.

La culture du jujubier était peut à peu tombée en désuétude, mais l’essor de la slow-food et le retour aux traditions que connait l’Italie depuis quelques décennies lui a fait retrouver ses lettres de noblesse. Le jardin de nombreuses maisons de Vénétie compte désormais un giuggiolo. La giuggiola est un petit fruit de la taille d’une grosse olive. En murissant, elle vire du vert au pourpre puis au brun et sa surface devient rugueuse. Son goût passe de celui de la poire à celui de la datte, ce qui lui vaut parfois le nom de « datte chinoise ».

Giuggiole
(source : https://www.greenme.it)

Il est récolté à l’automne. Dans la ville d’Arquà Petrarca, située dans la province de Padova, c’est l’occasion chaque année d’une fête : « La Fiera delle Giuggiole« .

 

La recette

 

Brodo di giuggiole
Ingrédients
  • 1 kg de jujubes
  • 1 kg de sucre
  • 2 grappes de raisin Zibibbo
  • 2 verres de Cabernet
  • 2 coings
  • 1 zeste de citron biologique râpé
  • 1 litre d’eau
Préparation Laisser flétrir les jujubes durant trois jours, puis les peser et les placer dans une marmite, recouvertes d’eau. Ajouter le raison lavé et le sucre.
Cuire une heure à feu doux puis ajouter les coings coupés en tranches très fines et le vin. Laisser bouillir pour que l’alcool s’évapore.Quand le mélange commence à gélifier, ajouter le zeste de citron râpé. Lorsqu’il a atteint la consistance d’un sirop crémeux, le passer au moulin à légume. Le laisser refroidir et le transvaser dans des bouteilles stériles. Conserver au frais et à l’obscurité.

(source : https://degustaescopriilveneto.wordpress.com)

Préparation du brodo di giuggiole
(https://www.greenme.it)


2 comments to this article

  1. mariebenoiteclaude

    on 10 novembre 2018 at 10 h 28 min - Répondre

    Bon je commence à collectioner vos recettes ! Mais en Afrique du Sud, point de jujubes .

    • venarbol

      on 10 novembre 2018 at 12 h 37 min - Répondre

      venarbol

      En France ilne doit pas y en avoir beaucoup non plus, il faut que je retourne en Vénétie si je veux faire du « brodo »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.