A comme Alpini

Sophie Boudarel, auteur du blog « La gazette des ancêtres », a lancé une initiative intéressante en mars dernier (je ne la découvre qu’aujourd’hui…) : relever un challenge en publiant chaque jour du mois d’avril un article sur son blog de généalogie, centré sur une des lettres de l’alphabet (26 lettres dans l’alphabet et 30 jours en avril, humm, voilà donc dès le départ un challenge dans le challenge…). J’ai décidé de me lancer dans l’aventure, avec quatre jours de retard à rattraper, en publiant des articles liés de près ou de loin au thème de mon site (généalogie et/ou Vénétie).

Pour mon premier billet j’ai choisi :

A comme Alpini

Les Alpini sont les équivalents italiens des Chasseurs Alpins français. Ce corps militaire a été officiellement constitué en 1872, pour défendre les frontières terrestres du nouveau Royaume d’Italie, frontières constituées par l’arc alpin. Les régiments d’Alpini participèrent très activement aux combats de la première guerre mondiale. Ils furent aussi engagés dans la seconde guerre mondiale, et beaucoup d’entre eux rejoignirent alors les rangs des Partigiani (résistants).

Leur devise est « Di qui non si passa! », ce qui signifie « Par ici on ne passe pas ! ».

Alpino montant la garde à l’entré du ponte degli alpini, à Bassano del Grappa

Leur emblème le plus caractéristique est le chapeau de feutre, orné sur le côté gauche d’une plume de 25 à 30 centimètres ; plume de corbeau noir pour les militaires du rang, d’aigle marron pour les sous-officiers et les officiers subalternes et d’oie blanche pour les officiers supérieurs et les officiers généraux. D’autres signes apposés sur ce chapeau indiquent le grade, le bataillon, le régiment et la spécialité.

Les Alpini de Bassano del Grappa sont étroitement liés à l’un des monuments de la ville, le Ponte Vecchio (vieux pont). Construit en bois entre 1567 et 1569 sur des plans de Palladio, il a été rebaptisé « Ponte degli Alpini » (pont des Alpini) durant la première guerre mondiale. Il subit plusieurs destructions au cours de sa longue histoire, la plus récente datant de 1945, lors des combats destinés à libérer l’Italie. En 1947, le président de l’association d’Alpini ANA Montegrappa décida d’employer ses troupes à la reconstruction du pont à l’identique. Depuis il mérite encore plus son nom, et un fier représentant des Alpini monte la garde à l’une de ses entrées (photographie ci-contre).

Le ponte degli alpini à Bassano del Grappa

Les Alpini sont également connus dans le monde entier pour leurs « Cori », chorales exclusivement masculines dont le répertoire est constitué de chants montagnards et populaires traditionnels, parmi lesquels figure la célèbre chanson « Sul ponte di Bassano » (cliquez pour l’écouter) (sur le pont de Bassano), qui symbolise elle aussi le lien entre les Alpini et leur pont.

Les Alpini du Coro Edelweiss A.N.A. Monte Grappa en concert à Solagna, en 2012. Petit jeu pour les membres de la famille : sous l’une des plumes se trouve mon cousin Sebastiano…

15 comments to this article

  1. Bruno

    on 7 avril 2013 at 10 h 49 min - Répondre

    Bravo pour cette présentation des Alpini découverte grâce à un mot clé Alpini dans les alertes Google.
    Mon Grand père Pietro Angelo PADULAZZI revenu d’Alsace avec son père été mobilisé à 18 ans en 1917 4° Alpini battaglione Aosta Monte Pasubio et Monte Grappa 8° Alpini Battaglione Cividale / pieds gelés mais sauvés décembre 1917 (il a fait parti des ragazzi del’99) La classe 1899 qui a contribué à la victoire de l’Italie.
    J’ai pu reconstruire son parcourt au jour le jour et sur tous les lieux qu’il a parcouru et combattu après 4 ans de recherches. Aujoud’hui j’ai entamé l’écriture d’un roman historique.
    La photo de la statue de l’alpino en élégante compagnie a été prise à quel endroit ?
    Pouvez vous me la faire parvenir ? A votre disposition pour toute information sur les Alpini de la première guerre Mondiale, dans la mesure de mes modestes connaissances aprés ces quelques années de documentations et lectures. Bruno

    • venarbol

      on 7 avril 2013 at 12 h 17 min - Répondre

      venarbol

      Merci à vous (et aux alertes Google) !
      Vous parlez sans doute de la statue dont la photographie figure parmi celles qui tournent dans le bandeau du site. Cette statue est à Bassano del Grappa, tout près du « ponte degli alpini », sur la rive droite du Brenta. Elle a été inaugurée en 2010 : http://notizie.bassanonet.it/attualita/6861.html

      Si vous souhaitez échanger des informations, vous pouvez m’envoyez un e-mail via le formulaire de contact du site.

    • Jacqueline BRUN PORTAL

      on 23 mai 2016 at 11 h 39 min - Répondre

      Je me permets de vous contacter, désespérée par l’échec de mes recherches., tant sur le plan généalogique qu’historique.
      Mon GP, (Louis, Luigi, Alois, suivant le pays où il réside) BRUN né le 13 avril 1889 en France(54) est évacué en août 1914 par le Luxembourg où il réside depuis 1896 vers l’Italie.

      Je n’arrive pas trouver quelle province italienne il a pu rejoindre avec sa famille et encore moins les traces de sa mobilisation dans les chasseurs alpins italiens. Il avait 25 ans, aurait été fait prisonnier par les autrichiens dans les Dolomites en 1917 puis interné en Bohème ( où je retrouve sa trace en 1921 et un courrier de la Légation italienne de Prague qui l’invite à retirer son passeport italien ) Il rentre en France fin octobre 1922 avec son épouse tchèque et mon père.

      Je ne sais pas comment contacter les archives militaires ( et en particulier le corps des chasseurs alpins ) en Italie. La province d’Udine -Pordenone d’où mes aïeux sont originaires n’a pas de trace de son passage sous les drapeaux.

      puis-je vous demander comment vous avez fait pour reconstituer les états de service de votre GP ?

      avec mes remerciements, bonne journée à vous.

      • venarbol

        on 23 mai 2016 at 17 h 41 min - Répondre

        venarbol

        Bonjour,
        J’ai reconstitué le parcours militaire de mes grands-oncles en demandant aux archives de Treviso une copie de leur « foglio matricolare ». J’ai abordé ce sujet plus précisément dans les articles http://www.venarbol.net/archives/8569 et http://www.venarbol.net/archives/8647 de ce blog.
        Si votre grand-père a été fait prisonnier en 1917, il est fort probable que ce soit suite à la débâcle de Caporetto, comme deux de mes grands-oncles. Dans votre cas, la difficulté consiste à savoir dans les archives de quelle province se trouve son « foglio matricolare »… Vous pouvez peut-être demander de l’aide sur le site de l’association « Cime et trincee » http://www.cimeetrincee.it/

  2. Odile

    on 6 mai 2013 at 22 h 13 min - Répondre

    toujours très émouvants ces choeurs masculins… J’espère ne choquer personne si je dis que ça me fait penser aux polyphonies corses !

    • venarbol

      on 7 mai 2013 at 19 h 33 min - Répondre

      venarbol

      Il n’y a rien de choquant dans ce rapprochement. Je pense qu’on pourrait aussi faire un rapprochement avec les chœurs de l’armée Russe. Il est vrai que ces voix basses ont une résonance qui fait vibrer. Le concert pris en photo ci-dessus avait lieu dans une église et le rendu acoustique était particulièrement prenant, parfois proche des chants grégoriens chantés eux aussi le plus souvent par des hommes.

  3. Carole Bonhoure

    on 7 septembre 2016 at 19 h 17 min - Répondre

    Bonjour
    J’aimerais connaître le lieu de décès de PEZZONI CLéMENTE DI ANTONIO né à MALEGNO en Lombardie le 4 Septembre 1893 et mort en Juin 1916. Il est mort à 23 ans. C’était mon grand oncle, l’oncle de ma mère. Il était chasseur Alpin et faisait parti du 8 ème reggimento alpini.
    A quelle bataille a-t-il trouvé la mort?
    Si vous pouviez me renseigner, je serai très contente ainsi que ma mère. Son père lui parlait beaucoup de son frère de son vivant. Malheureusement son père Jean -Baptiste est mort à 47 ans juste 2 ans après la seconde guerre mondiale. Ma mère avait 14 ans. Les souvenirs de ma mère à propos de son oncle mort à la 1ère guerre mondiale sont imprécis.
    Merci.
    A bientôt
    Carole Bonhoure

    • venarbol

      on 8 septembre 2016 at 19 h 04 min - Répondre

      venarbol

      Bonjour Carole,

      le site « caduti grande guerra » montre le livre d’or des soldats morts pour l’Italie durant la grande guerre. La page dans laquelle votre grand-oncle est mentionné est ici : http://www.cadutigrandeguerra.it/ShowImg.aspx?id=cfS72S5cA46RoTLcKZECpINNuUx9VtATPq3XnSHt4euaeu9voo6t22Y2JavPSovRNlKLT%2b0xyBxdJFT6gtAT2CynQEfsz410Uyecyl5rxeVWd00a5J9TOeqsVfFpjNTcWfuQQzPjE%2fV%2bTcpKS9wjBCjxs0Q%2fNT8BKrtuF1ax4OU%3d

      Il y est indiqué qu’il est mort le 10 juin 1916 dans la 35e section de santé (un hôpital de terrain), de blessures reçues au combat.
      Pour connaître le lieu exact de ce décès, il faudrait savoir dans quel bataillon du 8e alpini votre grand-oncle combattait, et où se trouvait ce bataillon en juin 1916.

      Pour connaître le parcours de votre grand-oncle, je vous suggère de demander une copie de sa fiche matricule (foglio matricolare) aux archives de la province dans laquelle il a été enrôlé (sans doute les archives de la province de Brescia). J’ai donné quelques indications au sujet des documents militaires ici : http://www.venarbol.net/archives/8569

      Le site Cimeetrincee permet de lire le journal de guerre des régiments, et en particulier du 8e reggimento alpini, mais ce journal est organisé par bataillon : http://www.cimeetrincee.it/alpiniri.htm

      Bonnes recherches

      • Carole Bonhoure

        on 8 septembre 2016 at 20 h 13 min - Répondre

        Merci beaucoup pour ces nombreuses informations.

        Auriez-vous l’adresse des archives de la Province de Brescia sinon comment pourrais-je la trouver?

        Bien à vous.

        Carole Bonhoure

          • Carole Bonhoure

            on 8 septembre 2016 at 20 h 29 min -

            Merci.

            Je vais essayer d’envoyer un mail à leur adresse électronique.

            A bientôt.

            Très cordialement

            Carole Bonhoure

  4. BONHOURE Carole

    on 6 octobre 2016 at 21 h 18 min - Répondre

    Merci pour vos renseignements.
    Les archives de Breschia m’ ont répondu et envoyé la fiche matricule de Clémente Pezzoni qui est mort aux combats à Novegno rudes batailles en 1916.
    J’aimerais savoir si vous pouviez me renseigner sur une autre affaire.
    Ma mère Madeleine me relate souvent l’histoire de son arrière – grand-père qui aurait involontairement provoqué la mort d’une personne à Malegno (Breschia ) en Lombardie . Il se trouvait sur la place de l’église avec d’autres jeunes lorsque l’accident dramatique s’est produit. Elle aimerait savoir si cette histoire racontée par son père lorsqu’elle était enfant est bien véridique. Où peut-on s’adresser pour obtenir des réponses ?
    Très cordialement
    Carole Bonhoure

  5. BONHOURE Carole

    on 7 octobre 2016 at 17 h 29 min - Répondre

    Merci
    Je vais essayer de trouver les archives par vos liens présentés.
    Cela s’est peut-être probablement produit entre 1840 et 1862 à Malegno.
    Très cordialement
    Carole Bonhoure

  6. Carole Bonhoure

    on 4 juin 2017 at 11 h 25 min - Répondre

    Bonjour

    Nous avons fait des recherches. La municipalité de Malegno n’a pas de traces de l’histoire. Merci pour vos différents liens présentés.

    Très cordialement

    Carole Bonhoure

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.