J comme Jesolo

Après le H, la lettre J est une autre de celles qui m’ont donné du fil à retordre : aucun lieu précis ne commence par cette initiale dans toute ma généalogie, pas plus en Italie que parmi les zones d’émigration des membres de ma famille. Le J est d’ailleurs très peu utilisé en italien : seules 11 communes d’Italie débutent par cette lettre, sur quelque 8000, et à peine 20 frazioni sur plus de 40.000. L’une de ces 11 communes est toutefois localisée en Vénétie : il s’agit de Jesolo (qui se prononce « yesolo »), dans la province de Venise. C’est une ville côtière, et aujourd’hui balnéaire, située à quelques kilomètres à l’est de Venise. Je suis allée m’y baigner en famille durant mon enfance mais ce n’est pas pour cette raison que je l’ai choisie.

Caorle

La magnifique église Santo Stefano de Càorle, dont la construction remonterait à 1038

Pour les besoins de cet article, Jesolo sera en effet le symbole de la zone, essentiellement située dans la province de Venise, dans laquelle j’ai retrouvé un certain nombre de porteurs de mon patronyme et qui comprend des villes comme Càorle, Eraclea (Grisolera), Cessalto, San Stino di Livenza, Motta di Livenza, San Donà di Piave…
J’ai abordé le cas de ces « Vedovotto du littoral » dans un chapitre de ma chronique familiale. J’y ai formulé l’hypothèse que leurs ancêtres auraient pu venir de Borso au XVIIe ou XVIIIe siècle, tout d’abord comme émigrés saisonniers, puis comme habitants définitifs pour certains. Cette hypothèse est étayée par les traces historiques, qui montrent les liens étroits et anciens entre les zones de montagne, comme Borso, où les troupeaux étaient gardés en été, et les zones de plaines où ils hivernaient. Elle pourrait tout autant expliquer la présence actuelle d’un noyau de Vedovotto près de Venise que celle de familles Guadagnin à Trebaseleghe, dans la province de Padoue, car dans les deux cas les zones concernées étaient des lieux d’hivernage des animaux ou de passage lors de la transhumance bisannuelle, qui se devait d’emprunter les routes et de traverser les villages pour ne pas endommager les terres agricoles.

L'église du XVIIIe siècle d'Eraclea, bombardée durant la première guerre mondiale a dû être détruite. [Villa Gardenia]

L’église du XVIIIe siècle d’Eraclea, bombardée durant la première guerre mondiale, a dû être détruite et reconstruite. [Villa Gardenia]

Jusqu’à ce jour, le manque de disponibilité des registres en ligne et de temps ne m’a pas permis de creuser suffisamment cette piste pour découvrir si un chainon, aujourd’hui donc encore manquant, relierait mes deux portions d’arbres. Mais dans un élan d’optimisme, je considèrerai mon hypothèse d’un lien comme plausible, tant que je n’aurai pas trouvé de preuves montrant qu’elle ne l’est pas. Je n’ai donc pas abandonné l’espoir de relier dans un arbre unique les Vedovotto du monde entier.
La généalogie des « Vedovotto du littoral » est consultable sur ce site. Elle est formée de plusieurs rameaux dont certains sont encore dissociés, pour les mêmes raisons que celles indiquées ci-dessus. En effet à ce jour, les recherches que j’ai faites ne m’ont pas permis de clarifier la situation, bien au contraire…

Ce cas s’est même encore complexifié l’an dernier quand, au hasard d’un commentaire lu sur Facebook (!), j’ai découvert la photographie d’un acte au nom de Vedovatto issu des registres de Pravisdomini, une commune où je n’avais absolument pas commencé à chercher jusque là. Pravisdomini est aujourd’hui administrativement rattachée à la province de Pordenone et à la région du Frioul-Vénétie Julienne, mais géographiquement très proche des provinces de Venise et de Treviso.
Vedovato est un patronyme courant en Vénétie, en particulier dans la région de Padoue, sur lequel je ne m’attarde en général pas car je sais qu’il est sans lien avec ma famille. Il s’écrit toujours avec un seul t, contrairement à Vedovotto, beaucoup plus rare et qui prend toujours deux t. L’orthographe Vedovatto lue sur l’acte de Pravisdomini m’est donc apparue comme un intrigante anomalie : s’agirait-il d’un Vedovato affublé par erreur d’un t supplémentaire ou d’un Vedovotto qui aurait subi la substitution de son second o par un a ?

Eglise San Vitale, à Annone Veneto [VeGAL]

Eglise San Vitale, à Annone Veneto [VeGAL]

Compte tenu de ce doute et de la proximité de Pravisdomini avec les provinces de Treviso et de Venise, dans lesquelles j’ai répertorié les familles Vedovotto, je ne pouvais pas ignorer cette piste. L’intégralité des registres d’état civil de Pravisdomini n’est pas encore disponible en ligne, mais ce que j’y ai trouvé me semble prometteur :

  • Les enfants « Vedovatto » nés à Pravisdomini à partir de 1870 sont issus de deux frères, eux-mêmes natifs d’Annone Veneto c’est-à-dire cette fois dans la province de Venise et à moins de 10 km de San Stino di Livenza ou Motta di Livenza, donc plus près des autres « Vedovotto du littoral » déjà trouvés.
  • L’orthographe Vedovatto n’est que l’une des variantes que j’ai relevées dans les registres de Pravisdomini. L’éventail des écritures, issues des officiers d’état civil ou des intéressés, comprend : Vedovatto, Vedovat, Vedovat detto Rossit, Vedovatto Rossit, Vedovotto, Vedovoto, mais jamais Vedovato. Plusieurs de ces variantes peuvent être utilisées pour désigner un même individu d’un acte à un autre, y compris dans les signatures.
  • Après vérification dans les rares registres consultables en ligne pour Annone Veneto, je n’y ai trouvé aucun acte aux noms de Vedovatto ou Vedovato. J’y ai par contre trouvé quelques Vedovotto ou Vedovot et même un Vedovotto detto Rossit, ce qui confirme qu’il s’agit bien de la famille qui s’est installée à Pravisdomini. Le remplacement d’un o par un a est donc dans ce cas une anomalie générée dans le Frioul, tout comme la perte des lettres finales dans la forme Vedovat. Les patronymes finissant en « t » sont d’ailleurs assez courants dans cette région.

Cela me confirme la justesse du précepte que je suis depuis que j’ai commencé : toute source comportant un patronyme ressemblant plus ou moins au mien mérite d’être étudiée !

Légende des pictogrammes utilisés dans les cartes :

ClipboardR Lieu d’origine étudié dans l’article du jour
ClipboardR2 Lieu de destination étudié dans l’article du jour
ClipboardB Lieu d’origine étudié dans un article précédent
ClipboardV Lieu de destination étudié dans un article précédent

One comment to this article

  1. Elodie

    on 11 juin 2014 at 10 h 21 min - Répondre

    J’espère que tu arriveras à tisser tous les liens que tu recherches. Dans mon J du jour, je vais m’intéresser à un patronyme ayant aussi beaucoup évolué : PLAIN, PLIN, PELLIN, BLIN … (parfois pour une seule et même personne).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.