V comme Valdastico et Valtellina

PEDESCALA

L’église San Antonio di Padova de Pedescala, frazione de Valdastico, reconstruite après la première guerre mondiale, l’ancien édifice ayant été détruit durant le conflit.
[Vicariato di Caltrano]

Valdastico est une commune de Vénétie située au nord de la province de Vicenza, le long de la rivière Astico qui lui a donné son nom. La ville est sur la voie historique qui mène à l’Allemagne, via Trento, la vallée de l’Adige et le col du Brenner. C’est un territoire de montagne dont l’altitude varie de 301 mètres en fond de vallée à 1720 mètres sur les sommets.

Tout comme l’altiplano d’Asiago, tout proche (voir G comme Gallio), la zone a été très sévèrement touchée par les combats de la première guerre mondiale. En avril 1945, les troupes nazis en repli vers l’Allemagne ont commis des massacres dans la commune, ravageant le hameau de Pedescala où 64 personnes sont exécutées, avant de sévir dans les hameaux de Forni et Settecà.

A vol d’oiseau, une trentaine de kilomètres séparent Valdastico et Borso, mais c’est sans compter sur la montagne. En suivant la vallée vers le sud jusqu’à Breganze puis en bifurquant à l’est en direction de Marostica puis Bassano, il faut parcourir environ 60 km pour relier les deux villes.

L’un de mes ancêtres a pourtant fait ce chemin pour venir s’installer à Borso et y fonder sa famille. Il s’agit de Bortolo Giacomelli (sosa n°44 de mon père) qui, selon le stato d’anime était originaire de Pedescala, une frazione de Valdastico, et qui a épousé Orsola Cosma à Semonzo, un hameau de Borso, le 22 novembre 1779.

Bortolo Giacomelli est le premier porteur de ce patronyme que j’ai répertorié à Borso. Il avait 45 ans lorsqu’il a épousé Orsola Cosma. Peut-être était-il veuf, mais cela n’est pas indiqué sur le stato d’anime, pas plus que ne sont indiqués des enfants d’un autre mariage qui seraient venus s’installer avec lui à Borso. Pour en avoir le cœur net il me faudrait lire l’acte de mariage. Compte tenu des dates de naissance des enfants du couple, je pense qu’Orsola devait être sensiblement plus jeune que son époux.
giacomelli

Stato d’anime de Borso : description de la famille de Bortolo Giacomelli, né le 3 septembre 1734 à Pedescol (Pedescala) et de Orsola Cosma de Semonzo

Le couple aura sept enfants, nés à Borso entre 1783 et 1792, dont trois atteindront l’âge adulte. Parmi eux Antonio mon ancêtre, dont la profession mentionnée sur les actes de baptême de ses enfants est macelajo (boucher), negoziante (commerçant) ou possidente (propriétaire de terres agricoles), et Francesco, qui sera curé de Santilaria (Sant’Eulalia).

Sign_Giacomelli Antonio

Signature d’Antonio Giacomelli

Il semble que la famille ait compté parmi les notables de la commune de Borso. En effet, les professions mentionnées pour Antonio sont un peu plus prestigieuses que le traditionnel villico (paysan) attribué à bon nombre de mes ancêtres. Sur les actes de baptême de leurs enfants, Antonio Giacomelli et son épouse Maria Ziliotto ont droit aux titres Signore et Signora, ce qui est exceptionnel de la part du prêtre de l’époque et montre le respect qu’il a pour la famille. En outre Antonio sait écrire et signer, ce qui est encore une fois une exception pour l’époque et le lieu.
Je ne sais ce qui a amené mon ancêtre Bortolo Giacomelli de Valdastico à Borso. Puisque son fils Antonio était commerçant, une hypothèse pourrait être que Bortolo était un colporteur, ce qui l’aurait amené à voyager dans les Alpes, à connaître la pedemontana et à décider de s’y installer une fois la quarantaine venue…


La Valtellina est une région d’Italie du nord limitrophe avec la Suisse et située actuellement en Lombardie, dans la province de Sondrio. Cette vallée alpine est celle de la rivière Adda et de ses affluents qui s’écoulent en direction du sud-est, des massifs dominant Bormio jusqu’au lac de Côme dans lequel les eaux se déversent. La principale ville de cette région est Sondrio.

La Valtellina est aussi la région d’origine de mon ancêtre Martin Cumin (Sosa n° 386 de mon père), c’est en tout cas ce qu’indique son acte de mariage célébré à Borso le 26 juillet 1683. Le prêtre y a précisé que Martin habitait à Borso au moment de son mariage. Compte tenu de l’âge indiqué sur son acte de décès, enregistré également à Borso, il est né vers 1644 et aurait donc épousé Madalena Guidolin vers 40 ans. Il est le plus ancien membre de la famille Cumin répertorié dans les registres de la paroisse, ce qui m’amène à penser qu’il s’est installé à Borso alors qu’il était adulte. Sur l’acte de mariage le prêtre précise en outre qu’il a obtenu l’autorisation de la cure épiscopale de Padoue de célébrer l’union, autorité auprès de laquelle les futurs époux ont dû prouver qu’ils étaient libres de se marier. Cette mention confirme à mes yeux que Martin Cumin était en âge d’être marié lorsqu’il est arrivé à Borso.
Il y serait donc arrivé approximativement entre 1665 et 1683, en provenance de « Valtellina, Diocese di Como » (Valteline, diocèse de Côme). Une nouvelle fois, je manque d’éléments me permettant de savoir ce qui l’a amené si loin de chez lui. Car la Valtellina est distante de Borso d’environ 150 km à vol d’oiseau, et de 250 km par la route pour qui veut contourner les massifs montagneux.

Cumin x Guidolin 1683

26 juillet 1683 : Mariage à Borso de « Martin Cumin figlio di Zuane di Valtellina Diocese di Como, e Madalena figlia del q Angelo Guidolin da Loria Diocese di Treviso »

250px-Montagna_in_Valtellina

Une église de la Valtellina. Ses cloches ont-elles sonné pour le baptême de Martin Cumin ? [wikipedia]

A cette époque, Martin Cumin était même un étranger à Borso, qui faisait partie de la république de Venise. En effet, si la Valtellina était sous l’autorité ecclésiastique du diocèse de Côme, situé aujourd’hui en Lombardie, elle était rattachée administrativement au territoire suisse des Grisons depuis 1512. Mon ancêtre Martin Cumin était donc Suisse !*
Il est à ce jour le personnage de ma généalogie à l’origine géographique la plus éloignée de Borso. Mais je ne sais pas si je pourrai un jour en savoir plus au sujet de son identité exacte que ce qui figure sur son acte de mariage. En effet, dire qu’il est originaire de la Valtellina manque singulièrement de précision, puisque la vallée possède une superficie de plus de 3000 km2 et compte à l’heure actuelle près de 80 communes. Et si j’ignore sa paroisse de naissance, j’ai aussi des doutes quant à son patronyme. A la fin du XVIIe siècle, l’écriture des noms n’étaient pas encore vraiment fixée en Vénétie et les étrangers à la commune étaient parfois désignés par un surnom indiquant leur lieu d’origine. Or je trouve une troublante ressemblance entre CUMIN ou COMIN, comme le nom de mes ancêtres est parfois écrit, et le nom de la ville de Como, siège du diocèse administrant la Valtellina, qui se disait aussi Cum en lombard. Je crains donc que le patronyme Cumin n’ait été créé à Borso, pour désigner cet étranger venu d’un lointain diocèse, ce qui signifierait que Martin était désigné sous un autre nom dans son village d’origine.
Les origines de celui qui s’appelait « Martin Cumin » à Borso, qui était fils de Zuane (Giovanni) et dont je ne connais pas le lieu exact de la naissance, resteront donc peut-être à jamais une énigme pour moi. A moins que je ne puisse retrouver un jour la trace de cette demande d’autorisation au diocèse de Padoue…

* Les gourmands auront d’ailleurs peut-être déjà noté que la bresaola, spécialité culinaire de la Valtellina, est très proche de la viande séchée des Grisons…

Utilisez les touches + et – ou la molette de votre souris pour zoomer, et le cliquer-glisser pour vous déplacer dans la carte.

Légende des pictogrammes utilisés dans les cartes :

ClipboardR Lieu d’origine étudié dans l’article du jour
ClipboardR2 Lieu de destination étudié dans l’article du jour
ClipboardB Lieu d’origine étudié dans un article précédent
ClipboardV Lieu de destination étudié dans un article précédent

One comment to this article

  1. Monique F.

    on 25 juin 2014 at 23 h 12 min - Répondre

    Je connais mieux la bresaola que la viande des Grisons. En Haute-Savoie on a aussi la viande des Voirons, identique aux précitées. La bresaola me rappelle un collègue de Como qui nous en régalait quand on faisait l’inventaire, à Milan. Dans une vie antérieure…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.