• Le Tour de France des Archives : les AD de Haute-Savoie

    Bonzhor a tô ! *
    Pour l’été 2021, la communauté Geneatech a lancé l’initiative “le Tour de France des Archives” qui se déroule en même temps que le Tour de France, soit du 26 juin au 18 juillet 2021. L’objectif : décrire chaque jour un ou plusieurs services d’archives d’une ville ou d’un département traversé par l’étape en cours. Suite à l’appel lancé en mars, j’ai répondu “présente” pour la Haute-Savoie, département où les coureurs vont finir leur périple en ce 3 juillet 2021, après être partis de l’Ain.
    Mon choix n’est bien sûr pas dû au hasard : c’est en Haute-Savoie que mon père s’est installé lorsqu’il a quitté la Vénétie, et c’est dans ce département qu’est ancrée toute la branche maternelle de mon arbre généalogique. Le Grand-Bornand, ville d’arrivée de cette étape du 3 juillet 2021, figure même en tête du classement des communes d’origine de mes ancêtres Savoyards. J’en avais parlé dans ma participation au challenge #Genealogie30 en mai 2020.
    Même si j’ai encore fait très peu de recherches dans le site des AD74, c’est logiquement le site français d’archives départementales que je connais le mieux. Je vous propose donc de faire étape dans les fonds des archives départementales de la Haute-Savoie et sur leur site web.

  • Les Italiens de France au prisme des naturalisations (I)

    En octobre dernier, un article publié sur le carnet de recherche Hypothèses des Archives Nationales montrait comment les données de naturalisation pouvaient être utilisées pour étudier l’immigration des Polonais dans les Hauts-de-France. En le lisant, je m’étais dit qu’il serait intéressant de faire la même chose pour les Italiens (monomaniaque, moi ?).
    J’avais ensuite remisé cette idée dans un coin de ma mémoire, mais elle s’est rappelée à mon bon souvenir au moment du confinement national dû à un maudit virus. Pourquoi ne pas profiter de ce temps imposé en intérieur pour essayer ?”. Chose dite, chose faite…

  • Ancêtres italiens : rechercher ses “cousins américains”

    La vague iconoclaste lancée suite aux événements de l’été 2017 à Charlottesville (Virginie) a fait trembler la statue new-yorkaise de Christophe Colomb. Annonçant qu’un comité d’experts et d’élus allait examiner les “objets porteurs de haine” à supprimer, le maire de la ville n’avait en effet pas exclu que Christophe Colomb en fasse partie. Une vague de protestation et de boycott des italo-américains de la grande pomme l’a finalement fait reculer. Mais le Génois « découvreur » du Nouveau Monde, dont les immigrants italiens ont fait l’emblème de leur fierté, est accusé depuis plusieurs années par d’autres d’être à l’origine de l’esclavage et du génocide des populations natives d’Amérique.

    Malgré tout, une proclamation annuelle signée par le président des États-Unis d’Amérique désigne cette année encore le mois d’octobre comme celui des célébrations de l’héritage italien des USA.