Origines italo-celtiques : la confirmation par l’ADN

En début d’année, mes recherches relatives à l’origine de mon ADN paternel en étaient restées à la question suivante : « P312 ou U106 ? » (voir ADN italo-celtique ?). Après avoir demandé des analyses complémentaires, j’ai obtenu récemment la confirmation que mes origines paternelles sont bien italo-celtiques, puisque mon haplogroupe paternel est de type U152, soit une sous-clade de P312.

Répartition de l’haplogroupe U152 en Italie (source Eupedia)

Comme je l’écrivais en février, ce résultat n’a rien d’original au vu de la présence de cet haplogroupe en Italie : il y domine largement, tout particulièrement dans la partie septentrionale.

Cette conclusion a été confortée par l’étude de Boattini et al. (2013). Le très net gradient nord-sud dans la répartition de U152 y est confirmé, avec une légère décroissance des Alpes vers le centre de la péninsule, puis une forte diminution vers le sud de l’Italie.
Mon ADN paternel est donc bien typique de la zone où je recherche mes ancêtres, à savoir la Vénétie.

Les scientifiques s’accordent à penser que R1b-U152 est arrivé dans la péninsule avec les Italiques, durant l’âge du bronze. Leurs traces ont été trouvées avec la culture de Terramare, dans la vallée du Pô (1500-1100 av. J.-C.), et dans celles de Villanova I, Golasecca et Este (~1300 av. J.-C.).

 Sous-clade L2 > Z49

Les résultats qui m’ont été fournis par FTDNA vont un peu plus loin et confirment mes origines italo-celtiques : au sein de l’haplogroupe U152, mon ADN paternel relève de la sous-clade L2 > Z49.

Arbre phylogénétique de l’haplogroupe U152 (source : Eupedia)

Boattini et al. n’ont pas étudié spécifiquement Z49, mais ils se sont intéressés à la part de L2 parmi les échantillons U152, selon les provinces :

Répartition U152 – L2 par province (Boattini et al. 2013)

Dans le nord-est de l’Italie 64,0% des échantillons de type U152 appartiennent à la sous-clade L2, contre seulement 38,5% dans le nord-ouest. Le détail par province est encore plus explicite pour moi : la province dans laquelle le pourcentage l’ADN U152 est le plus massivement de type L2, avec un taux de 80%, est celle de Treviso, soit précisément celle d’où viennent les ancêtres paternels de mes ancêtres paternels, aussi loin que remontent mes recherches.

Un ancêtre Habsburg ?

Parmi les familles possédant l’haplogroupe R1b U152-L2 figurent celle des Habsbourg. Originaire d’un village du nord de la Suisse, la maison des Habsburg a obtenu le titre de roi des Romains en 1273. Presque tous les empereurs de l’Empire Romain Germanique en sont issus, jusqu’à sa dissolution  en 1806. Les Habsburg ont ensuite conservé le titre d’empereur d’Autriche, puis d’Autriche-Hongrie jusqu’en 1918. Au XIXe siècle (guerres d’indépendance) et au XXe siècle (1ère guerre mondiale), les Autrichiens ont été des ennemis pour les Italiens du nord et tout particulièrement pour les habitants de la Vénétie. Se pourrait-il que mes ancêtres aient partagé un  ancêtre commun avec leurs ennemis ?

 

En savoir plus :

  • Boattini A, Martinez-Cruz B, Sarno S, Harmant C, Useli A, Sanz P, et al. (2013) Uniparental Markers in Italy Reveal a Sex-Biased Genetic Structure and Different Historical Strata. PLoS ONE 8(5): e65441. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0065441
  • Coia V, Capocasa M, Anagnostou P, Pascali V, Scarnicci F, Boschi I, et al. (2013) Demographic Histories, Isolation and Social Factors as Determinants of the Genetic Structure of Alpine Linguistic Groups. PLoS ONE 8(12): e81704. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0081704
  • Eupédia : Haplogroupe R1b – U152

 

9 comments to this article

  1. Jean

    on 1 mai 2017 at 20 h 36 min - Répondre

    Très intéressant votre blog.
    Donc vous êtes un petit peu un « rital », je le suis aussi à qqs %
    J espère que de ce fait vous ne votez pas xénophobe.
    Cordialement

    • venarbol

      on 1 mai 2017 at 22 h 01 min - Répondre

      venarbol

      Plus qu’un « petit peu » puisqu’à 50 %, mais pas « rital », juste italien 😉

  2. Annick H.

    on 1 mai 2017 at 23 h 30 min - Répondre

    Je viens juste de mettre mon test ADN (aussi de FTDNA) à la poste et d’envoyer des traductions à mes parents pour quand leurs tests arriveront en France. Mon père est lui aussi 50% italien. Ses 2 grand-parents maternels viennent du même petit village en Lombardie et sa mère est née juste après leur arrivée en France. Ça va être vraiment intéressant d’étudier tout ça quand les résultats des tests seront revenus. Je suis ravie de voir que de plus en plus de généablogeurs français s’intéressent aux tests ADN. C’est toute la rage ici, aux USA, depuis plusieurs années.

  3. maryse

    on 11 mai 2017 at 17 h 45 min - Répondre

    Très intéressant, d’autant que je me découvre des points communs avec vous.
    Père de la province d’Udine, mère savoyarde, et arrière-grand-mère paternelle née en 1865 en Moravie, c’est à dire en Autriche-Hongrie, la ‘nonna’ me racontait que les soldats allemands venait voir sa mère pour parler la langue maternelle pendant la guerre 14/18. Et c’est toujours un plaisir de lire vos articles.

    • venarbol

      on 11 mai 2017 at 18 h 43 min - Répondre

      venarbol

      merci pour ce sympathique commentaire 🙂

  4. Linda

    on 22 mai 2017 at 12 h 54 min - Répondre

    J’ai également fait un test ADN via Ancestry.com pour le coup.
    Je suis 35% française 15% Allemande et 50 % algérienne.

    D’après mes recherches généalogiques, mes ancêtres du coté français sont bien bien franchouillards, je suis remontée jusqu’en 1700 sur à peut près toutes mes branches, donc pour moi, il n’y avait pas de doute de ce coté là. Je ne parle pas allemand mais d’après mes premières recherches, mes ancêtres seraient Allemands, Autrichiens et Polonais, mais je ne suis pas remontée très loin. Coté Algérien, je n’ai rien tenté.

    En revanche mes résultats sont:

    21% Nord Africaine
    28% Italienne / Grec
    26% Péninsule Ibérique
    7% Française, Allemande, Suisse… ( Européenne de l’Ouest)
    6% scandinave
    4% Britannique
    5% du moyenne orient

    Je ne comprends pas du tout ces résultats. Comment mes ancêtres peuvent-ils être autant Espagnol/portugais et Italien/Grec? Et si peu Français/ Allemand. Est-ce que vous auriez une explication ou un début d’explication qui pourrait justifier ces résultats?

    Sinon, je me dis que certains de mes ancêtres proches ont peut-être fait cocu leurs conjoints, on ne sait jamais.

    En tout cas, je commence tout juste à lire vos articles qui sont très instructifs. Merci beaucoup!

    • venarbol

      on 22 mai 2017 at 20 h 09 min - Répondre

      venarbol

      Bonjour,

      Au vu des résultats de vos tests, je crois comprendre que vous avez fait un test d’ADN autosomal. L’ADN autosomal donne des indications sur vos origines lointaines de plusieurs siècles, à une époque que vous n’avez sans doute pas atteinte par vos recherches.

  5. Clairbaux

    on 13 septembre 2018 at 9 h 53 min - Répondre

    Je suis R-U152. R-L2 j ai fait ma généalogie jusqu’au 17 èmes siècles je n’ai trouvé aucun italien dans ma famille je suis du Nord de la France

    • venarbol

      on 13 septembre 2018 at 13 h 02 min - Répondre

      venarbol

      Les Celtes en question étant venus de l’est en passant par le nord de l’Europe, ils ne se sont pas tous établis en Italie…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.