Rechercher ses ancêtres Italiens (2) – Les registres en ligne

Les généalogistes français qui commencent à s’intéresser aux recherches en Italie sont souvent surpris. Habitués aux registres d’état-civil mis en ligne par de nombreux départements de l’hexagone, ils s’attendent parfois à trouver une situation similaire de l’autre côté des Alpes, mais sont rapidement refroidis en constatant que la situation est beaucoup moins favorable. Malgré tout, les choses ont commencé a changer depuis un peu plus d’un an.

Les principales sources de registres en ligne sont les suivantes :

Antenati

Accès : http://www.antenati.san.beniculturali.it/

Extrait du texte de la page d’accueil (traduction) :
« Le portail Antenati – élaboré et maintenu par la direction générale des archives nationales Italiennes (DGA) – est né de l’exigence de rendre disponible l’énorme patrimoine documentaire existant dans les archives d’Etat, relatif aux recherches d’état civil et généalogiques, à des fins de reconstitution de l’histoire des familles et des personnes, et plus largement de connaissance de l’histoire sociale. A travers ce portail il est en effet possible de visualiser plusieurs millions d’images de registres d’état civil, de trouver les noms de personnes citées dans des actes, d’obtenir des renseignements sur les sources. »

Lancé fin 2011, ce portail est destiné à la mise en ligne des registres détenus par les délégations provinciales des archives d’état (Archivio di Stato) et numérisés par FamilySearch. Il propose également un recensement de toutes les archives disponibles au niveau institutionnel dans les régions et provinces italiennes. Son contenu n’est pas encore très fourni, autant en termes de régions que de périodes couvertes. Mais il est destiné à s’enrichir encore.
Il rassemble des archives d’état-civil déposées auprès des services de l’état italien, donc ne contient aucun registre de paroisse. Trois types de périodes peuvent être présentes, selon les régions : l’état-civil napoléonien (1806-1815), l’état civil de la restauration (1815/1825-1865), l’état civil italien (à partir de 1865).

  • L’interface n’est actuellement disponible qu’en italien et en anglais (Ancestors). Pour voir les collections consultables en ligne, cliquer sur “sfoglia i registri” ou “Browse” (feuilletez les registres).
  • Les registres sont pour la plupart en italien, mais dans certaines régions (Piémont par exemple), l’état-civil napoléonien a été tenu en français
  • Un mode d’emploi  a été publié sur le blog de Généanet :  http://blog.geneanet.org/index.php/post/2012/11/Archives-Généalogiques-Italiennes.html
FamilySearch

Accès aux documents italiens : https://www.familysearch.org/search/collection/list#page=1&countryId=1927178

Cette page fait l’inventaire de toutes les collections mises en ligne pour l’Italie. Elle est très régulièrement mise à jour, les nouveautés étant signalées par une astérisque.
Certaines collections ont été indexées et les actes peuvent être recherchés via le moteur, en cliquant sur “Rechercher” en haut de page. D’autres ne le sont pas encore et les registres doivent être parcourus page par page. Pour les voir, cliquez sur “Parcourir les images” puis sélectionnez la province ou la ville qui vous intéresse. Ces collections correspondent essentiellement à l’état civil laïc, de rares registres paroissiaux sont néanmoins présents.

  • Il faut être enregistré sur FamilySearch pour voir les images, mais cet enregistrement est gratuit.
  • FamilySearch n’a pas retiré de sa liste les registres marqués “State Archive”, qui ne sont pourtant pas consultables en ligne directement (c.f. l’encadré “Petite histoire d’un accord mal ficelé” en fin d’article). Pour les voir, il faut soit se rendre dans un centre de généalogie des Mormons, pour se connecter avec un identifiant spécifique, soit consulter le portail Antenati pour savoir s’ils y ont été déjà mis en ligne.

Pour faciliter la recherche dans le catalogue italien de FamilySearch, qui devient conséquent, M. Livio Moreno, un généalogiste italien passionné, a réalisé un inventaire de toutes les communes présentes, avec mention de la province et lien cliquable, qu’il met régulièrement à jour. Les registres indiqués en rouge sont ceux qui ne sont pas visualisables directement (Archivio di Stato). Suivez ce lien pour consulter ou télécharger le fichier.

Ancestry.com

Accès aux documents italiens : http://search.ancestry.fr/Places/Europe/Italy/Default.aspx

Ce géant de la généalogie est essentiellement centré sur le monde anglo-saxon mais il propose néanmoins quelques collections italiennes. Les collections italiennes n’ont pas été enrichies depuis un certain temps, Ancestry considérant peut-être que FamilySearch et Antenati sont trop présents sur le marché.
La visualisation des images nécessite un abonnement payant.

Autres initiatives

Aux côté de ces trois portails, internet renferme également de petits trésors initiés par des régions, des provinces, des communes, des associations ou des individus. Il est impossible d’en faire une liste exaustive mais certains inventaires sont disponibles, par exemple :

p.s. : Si certains d’entre-vous connaissent des sites que je n’ai pas répertoriés, qu’ils n’hésitent pas à me les signaler en commentaire.

Petite histoire d’un accord mal ficelé

Une convention a été signée en 2011 entre la Delegazione Generale per gli Archivi (DGA) et FamilySearch International, afin de publier progressivement les images des registres d’état civil que la Genealogical Society of Utah a numérisé à compter du milieu des années 1970. A l’époque de sa signature, cet accord avait été annoncé urbi et orbi par les deux protagonistes qui se félicitaient de ce grand pas en avant pour la conservation des archives et leur mise à disposition du public. Mais les généalogistes intéressés par l’Italie en ont très vite constaté les limites : les images des premiers registres numérisés, mises en ligne sur le site FamilySearch en juin 2012, ont été remplacées par une page noire affichant un désespérant “Image not available” (image indisponible) à peine 10 jours plus tard.
S’abritant au départ derrière des problèmes techniques, FamilySearch a fini par reconnaître que les images avaient été retires à la demande de la DGA. Je ne connais pas les détails de l’imbroglio mais tout laisse à penser que chacun des deux organismes signataires avait mal évalué les implications de cette convention : FamilySearch pensant qu’elle lui donnait le droit de publier les images sur son portail et la DGA pensant qu’elle faisait sous-traiter la numérisation mais se réservait les droits de diffusion. Parallèlement à cet accord, la DGA avait en effet lancé le portail Antenati.

Durant l’été et l’automne 2012, les forums et autres pages Facebook ont bruissé de toutes les interrogations des généalogistes qui ne comprenaient ni la soudaine indisponibilité des images, ni les réponses de FamilySearch, ni le silence de la DGA. Lorsqu’il a été clair que le problème n’était pas technique, une pétition a été lancée pour demander à la DGA de revenir sur l’interdiction faite à FamilySearch, au moins tant que les images masquées n’auraient pas été mises en ligne sur le portail Antenati.

J’avais relayé cette informations sur le blog : http://www.venarbol.net/archives/3265 et http://www.venarbol.net/archives/3682

La pétition a recueilli plus de 700 signatures, ce qui n’est pas négligeable vu le caractère très spécifique de son objet. Les Français et les Argentins ont en particulier signé en masse, montrant leur attachement à la disponibilité gratuite des registres et à leurs racines italiennes. Malgré tout, la DGA n’a pas modifié son point de vue, ne prenant même pas la peine de répondre lorsqu’il lui a été envoyé le texte de la pétition et la liste des signataires.
Les mois suivants ont néanmoins été marqué par deux tendances montrant, à mon sens, que FamilySearch et la DGA ont pris la mesure des attentes de la communauté des généalogistes intéressés par l’Italie :

  • Alors que le portail Antenati était quasiment vide depuis son lancement, la mise en ligne des registres numérisés a connu une accélération dès la fin de l’année 2012
  • Le site FamilySearch n’a pas renoncé à mettre en ligne des registres italiens, bien au contraire, le rythme des ajouts étant même très soutenu, mais l’accent est mis désormais sur les registres issus des fonds d’archives des tribunaux, qui n’entrent pas dans le périmètre de la DGA, et dont les images sont donc accessibles en ligne.

Je me plais à croire que ces deux éléments sont un effet direct de la pétition. Aujourd’hui, les deux principales ressources de registres italiens numérisés et accessibles gratuitement se complètent, pour le plus grand bonheur des généalogistes !


3 comments to this article

  1. FamilySearch

    on 21 May 2013 at 9 h 27 min - Reply

    Merci beaucoup pour ce partage d’information :)

  2. Odile

    on 28 May 2013 at 22 h 03 min - Reply

    Je n’ai pas de recherches à faire en Italie (pour le moment ?) mais même en France, les archives en ligne sont tout de même une conquête assez récente… Mais on s’y habitue très vite, et c’est vrai que ça devient vite indispensable… J’attends avec impatience l’un des départements de mes ancêtres, qui n’est pas encore en ligne (il n’y a que les tables décennales pour le moment) : l’Aube devrait apparaître sur le net… avant la fin du mois de mai ! je compte les heures.

  3. Odile

    on 28 May 2013 at 22 h 05 min - Reply

    Et pardon, j’ai envoyé un peu rapidement le message précédent : merci pour toutes ces informations. Où l’on voit que les sources sont multiples, à condition d’en avoir les clés.

Leave a Reply