Les “spine”* de mon arbre

L’exercice qui a été proposé aux “généablogueurs” par Sophie Boudarel pour le #geneatheme de janvier concerne les “épines généalogiques”, c’est-à-dire les points bloquants et autres énigmes qui nous empêchent de remonter plus loin dans le temps l’une des branches de notre arbre généalogique.

J’ai hésité à écrire sur le sujet, non pas que mon arbre soit dépourvu d’épines, loin s’en faut, mais parce qu’elles sont toutes situées outre-Alpes, ce qui complique un peu leur résolution. Je me décide néanmoins à les lister, ne serait-ce que pour m’aider à faire le point à leur sujet.

1- Tous les Vedovotto sont-ils issus d’un ancêtre commun originaire de Borso del Grappa ?
J’ai formulé cette hypothèse au début de mes recherches, face à la très faible représentation de ce patronyme. Ayant néanmoins trouvé quelques branches externes à Borso, installées plus au sud près du golfe de Venise, je cherche l’éventuel chainon manquant qui les relieraient à un Vedovotto parti de Borso. Il faudrait pour cela que je puisse avoir accès à certains registres paroissiaux de la fin du XVIIIe siècle, ce qui est loin d’être simple… Le détail de l’avancement de mes recherches à ce sujet est publié dans ma “chronique familiale” : Les Vedovotto du littoral.

Pour avancer, il faudrait maintenant que je puisse consulter les registres paroissiaux de La Salute di Livenza, pour y remonter la piste des Vedovotto à la recherche de l’indication d’une ville d’origine différente.

2- Qui est Benedetto de Cogno ?

loc cogno_2

L’église de Cogno, à San Giorgio in Bosco (PD)

Tous les Vedovotto de Borso descendent d’un ancêtre commun ayant vécu au XVIe siècle : Benedetto de Cogno (nom orthographié parfois De Cugno, De Cognio). Lire l’article de la chronique sur le sujet : Origine des Vedovotto de Borso.

Il habitait à Borso en 1519 et comptait alors parmi les habitants les plus riches, possédant de nombreux biens fonciers, comme en fait état l’inventaire de ses biens, enregistré en 1530 à Asolo après sa mort. Benedetto de Cogno est pourtant introuvable dans l’estimation précédente (1495), certes incomplète, des biens des citoyens de Borso.
La question se pose donc ainsi : la famille de Cogno était-elle établie depuis plus longtemps à Borso ou Benedetto est-il venu s’installer dans la commune depuis une autre ville ? Dans la seconde hypothèse, aurait-elle pu venir d’un endroit nommé “Cogno”, ce qui justifierait le nom sous lequel elle a été désignée à Borso ?
Une localité nommée Cogno existe en Vénétie, dans la commune de San Giorgio in Bosco, située aujourd’hui dans la province de Padoue, à quelque 30 km de Borso. Benedetto aurait-il pu en être originaire ? Et si tel est le cas, qu’elle était le nom de sa famille dans cette commune ?

3- D’où venait Martin Cumin ?
Sur son acte de mariage, célébré à Borso le 26 juillet 1683, mon ancêtre est désigné comme “Martin Cumin figlio di Zuañe di Valtellina, diocesi di Como“, soit “Martin CUMIN, fils de Giovanni (Zuañe = Zuanne = Giovanni) de Valtellina, diocèse de Côme”.
Valtellina n’est pas une commune mais une vallée italienne située en Lombardie, dans la province de Sondrio. En 1683, cette région relevait du diocèse de Côme. Pour remonter la branche de mon arbre au delà de Martin Cumin et de son père Giovanni, il me faut donc résoudre une première énigme : dans quelle commune de la Valtellina Martin est-il né ?
Mais je crains que cette question ne soit pas la seule. En 1683, l’usage des patronymes n’était pas encore figé. Il était courant qu’une famille change de nom en changeant de paroisse, un patronyme désignant son lieu d’origine lui étant parfois attribué. Un exemple de ce type dans mon arbre est celui de la branche des ANDREATTA originaires de Fietta qui s’est installée à Asolo, et dont le patronyme est devenu DA FIETTA dans cette ville.
Le nom de la famille CUMIN a été parfois orthographié COMIN dans les registres de Borso, jusqu’à ce que seule cette dernière forme subsiste, à compter de la seconde moitié du XVIIIe siècle. La similarité phonétique entre “Como”, “Cumin” et “Comin” m’a conduite à imaginer une “épine dans l’épine” : et si Martin avait été appelé CUMIN à Borso parce qu’il était originaire du diocèse de Côme ?
Si tel était le cas la question qui se pose à moi serait double et quasiment insoluble : d’où venait Martin et comment sa famille était-elle appelée dans cette commune ?

4- Où Martin Guadagnin et Cecilia Orso se sont-ils mariés ?
Mon ancêtre Martin Guadagnin (descendant de Martin Cumin) est né à Borso le 26 novembre 1717. Son épouse Cecilia Orso est elle même née à Borso le 21 mars 1720. Les enfants du couple sont eux aussi nés à Borso. Compte tenu des dates de baptême, je pense que leur mariage a été célébré vers 1739. Mais je n’en trouve aucune trace dans les registres de Borso, alors que la coutume voulait qu’un mariage soit célébré dans la paroisse de l’épouse, et qu’en outre dans ce cas les deux époux relevaient de la paroisse de Borso.
La grand-mère de Cecilia est décédée à Borso le 25 novembre 1714, mais elle a été inhumée à Mussolente. En lisant les actes de baptême des enfants de Martin et Cecilia, j’ai vu que les parrains et marraines cités étaient souvent des personnes originaires de Mussolente, une commune située à 5,5 km de Borso à vol d’oiseau. Les patronymes ORSO et MARIN (nom de la mère de Cecilia), ne sont pas originaires de Borso mais sont encore aujourd’hui fréquents à Mussolente.
Je formule donc une hypothèse : Martin et Cecilia se seraient unis à Mussolente, ville d’origine de la famille de Cecilia Orso. Il me reste à trouver comment consulter les registres paroissiaux de cette ville pour la vérifier…

* spine = épines en italien, vous l’aurez deviné ;-)


One comment to this article

  1. Monique F.

    on 20 January 2014 at 17 h 44 min - Reply

    Hello Nat,
    Quatre belles épines au pied de ton arbre généalogique ! Je pense qu’elles méritent le voyage sur place. Pourvu que je puisse t’accompagner, si tu veux bien !
    Bises,
    Monique

Leave a Reply