G comme GOLLIN

Avec sa terminaison en « n », ce patronyme revendique haut et fort son identité liée à la Vénétie, ce que ne dément d’ailleurs pas sa répartition actuelle.

En Italie

A l’échelle de l’Italie, on constate que le patronyme GOLLIN est aujourd’hui extrêmement concentré sur la partie septentrionale. Comme une fractale, le phénomène se répète en Vénétie, région qui concentre une nouvelle fois les porteurs de ce nom, car seules quatre provinces sont concernées, Treviso et Vicenza arrivant en tête, presque à égalité.

source : https://www.cognomix.it

 

A Borso

Une nouvelle fois, Borso est la commune de la province de Treviso qui rassemble le plus grand nombre de GOLLIN, avec 16 familles sur un total de 27.
Le patronyme est originaire d’Angarano, un bourg aujourd’hui inclus dans la ville de Bassano et situé sur la rive droite du Brenta. Il tire son étymologie du prénom Ugolino et a été écrit Degli Ugolini, Golini, Gulin, Gulino, Golin, Gollin… A Angarano existe aujourd’hui une rue nommée via Gollini. A Borso une contrada (quartier) était appelée la contrada dei golini, sans doute les familles Gollin s’y étaient installé…
Le patronyme est mentionné à Borso au moins depuis le début des registres paroissiaux et il y est encore largement représenté aujourd’hui. Le premier acte enregistré est un baptême datant du 21 septembre 1597, dans lequel le prêtre a oublié de noter le prénom de l’enfant !

Au hit-parade des prénoms de la famille Gollin de Borso, au milieu des sempiternels Maria et Giovanni on remarque la place importante de Sebastiano et Valentino, qui ne sont pas aussi fréquents dans d’autres familles de Borso. « Valentin Golin » est en effet une forme que je me souviens avoir lue souvent durant mes dépouillements.

Carte d’identité du patronyme GOLLIN au travers des registres paroissiaux de Borso (1585-1960)
Nombre d’individus Variantes du nom Principales mende * Acte paroissial le plus ancien Hit-parade des prénoms

 688

DE GULIN
DE GULINO
GOLIN
GOLINO
GULIN
GULINO
Baestro, Balestro
Beatrice, Beatrisse
Bornia
Candela
Crica
Forando
Gramoni
Meneghet
Pindol
Puntina
Sgelfa
Strina
Tecia
21/09/1597 : baptême de ?  enfant de Bernardo DE GULIN Maria (39)
Domenico (38)
Giovanni (30)
Angelo (24)
Giovanna (24)
Sebastiano (24)
Valentino (23)
Antonia (22)
Antonio (22)
Catarina (18)
Domenica (18)
Angela (15)
Giacomo (15)
Giuseppe (10)
Pietro (10)

* : voir M comme ménda

21 septembre 1597 : baptême d’un enfant de Bernardo de Gulin, dont le prêtre a oublié de noter le prénom, alors qu’il avait laissé de la place pour le faire plus tard…

Faits-divers

Mes dépouillements m’ont amenée à relever quelques actes particulier mettant en scène des membres des familles GOLLIN de Borso :

  • dans l’article Mort violente chez mes ancêtres, j’ai déjà relaté comment Bastiano GOLLIN a été mortellement blessé par un certain Agnolo fils d’Andrea, sans doute son neveu
  • Cattarina GOLLIN, mon ancêtre (sosa n°225) et épouse de Zuanne Golin, est décédée à l’âge de 61 ans des suites de ce que le prêtre a qualifié de mesi di mal fantastico (mois de mal fantastique). Qu’a-t-il voulu signifier avec cette expression : un mal imaginaire (dépression ?), un mal exceptionnel et inconnu, … ?

Le 16 décembre 1776, Cattarina Gollin décède après « mesi di mal fantastico »…

  • une note optimiste néanmoins : en 1837, le foyer de Sebastiano Gollin et Cattarina Zago accueille deux jumelles, Rosa et Eurosia. La première curiosité est qu’elles n’ont pas la même date de naissance : Rosa nait le 28 août et Eurosia le 29 ! La seconde est qu’elles parviendront à l’âge adulte et se marieront toutes les deux. C’est un cas exceptionnel pour l’époque à Borso. Dans la quasi totalité des naissances multiples, j’ai répertorié le décès d’au moins un des nouveau-né peu de temps après la naissance, quand ce n’était pas également celui de la mère.

 

Du côté de mes ancêtres

Deux branches de ma généalogie sont reliées au patronyme Gollin, avec à leur tête :

Bernardo GOLLIN né vers 1540 n° sosa : 2144, 3584
Bastiano GOLLIN né vers 1550 n° sosa : 13296, 7200, 15472

Chacune remonte à un ancêtre ayant vécu avant l’établissement des registres paroissiaux, mais il n’est pas impossible que des liens familiaux existent entre Bastiano et Bernardo. J’ai trouvé peu d’actes au nom de la famille Gollin dans les registres les plus anciens de Borso, et notablement moins que pour des familles pour lesquelles les archives notariales montrent qu’elles étaient ancrées à Borso bien avant la fin du XVIe siècle (Bonato, Ziliotto, Zago…). Ceci semble montrer qu’il y avait très peu de Gollin à Borso à la fin du XVIe siècle et pourrait conforter l’hypothèse selon laquelle des liens familiaux existeraient entre les premiers représentants de cette famille mentionnés dans les registres paroissiaux.

Comme le montre la multiplicité des n° sosa, ces deux branches se croisent et s’entrecroisent avant d’aboutir à moi…

Laisser un commentaire