G comme GUADAGNIN

Ce ne sera pas une surprise pour les lecteurs assidus de ce challenge : voilà à nouveau un patronyme qui ne peut cacher longtemps ses origines vénitiennes, même si dans la bouche d’un habitant de l’hexagone il peut sonner particulièrement français. Qu’on se le dise : il se prononce « gouadagnine » !

En Italie

Le patronyme GUADAGNIN est aujourd’hui encore présent essentiellement en Vénétie. C’est dans la province de Treviso qu’il domine, en particulier à Pederobba et à Borso. Il est également très bien représenté dans les provinces de Vicenza, Venezia et Belluno, un peu moins dans le sud-ouest de la région.

source : https://www.cognomix.it

A Borso

Le patronyme GUADAGNIN porté par les familles de Borso dérive de celui de la famille GUADAGNINI, originaire de Crespano, quelques kilomètres à l’est. Le premier membre de cette famille venu vivre à Borso est mon ancêtre Piero GUADAGNINI. Né à Crespano vers 1550, il y vit jusqu’au décès de son père Antonio en 1559. Suite à son veuvage, sa mère Domenica ROSATO se remarie avec Andrea PANDIN, habitant à Borso, et vient vivre dans cette paroisse avec Piero, alors âgé d’une dizaine d’années.
Alors que les membres de la famille GUADAGNINI vivent à Crespano, Piero se trouve donc être le seul porteur de ce patronyme à Borso. Il y grandit et y fonde sa famille, avec Maria VENDRAMIN.
Sur l’acte de baptême de leur fils Gio:Batta, né en 1601, le patronyme est encore écrit GUADAGNINI. En 1630, au moment de son décès, Piero a perdu le « i » final de son patronyme, devenu GUADAGNIN. Entre temps, il sera parfois cité en tant que GUADAGNINO, ce singulier étant peut-être dû au fait qu’il était le seul membre de cette famille à Borso.
Ce patronyme dérive du prénom médiéval Buonguadagno, attribué aux enfant très attendus et qui étaient considérés comme de bon augure pour la famille, guadagnare signifiant « gagner » en italien. Le fondateur des familles GUADAGNINI/GUADAGNIN de Crespano et de Borso est un certain Guadagnin del fu Odorico da Crespano (Guadagnin, fils du défunt Odorico de Crespano), cité dans un acte notarié daté du 1er mai 1384.

GUADAGNIN est toujours présent à Borso. Toutes les familles de la paroisse qui portent ce patronyme partagent un ancêtre commun : le petit Piero venu vivre là vers 1560 parce qu’il avait perdu son père.

Carte d’identité du patronyme GUADAGNIN au travers des registres paroissiaux de Borso (1585-1960)
Nombre d’individus Variantes du nom Principales mende * Acte paroissial le plus ancien Hit-parade des prénoms
 392 GUADAGNINO Besego
Chioin, Cioin
Iso
Jobbe
Mincia
Nervi
06 juillet 1587 : baptême de Catarina, fille de Piero GUADAGNINO Domenica (19)
Antonio (17)
Catarina (17)
Giovanni (17)
Andrea (16)
Bernardo (15)
Pietro (14)
Angela (12)
Francesco (12)
Antonia (9)
Giuseppe (9)
Angelo (6)
Cecilia (6)
Giacomo (5)

* : voir M comme ménda

6 juillet 1587 : baptême à Borso de Catarina, fille de Piero Guadagnino

 

Faits-divers
  • J’ai déjà relaté le décès tragique de mon ancêtre Bernardo GUADAGNIN, de son épouse Maria BERTOLO, ainsi que de leur dernière fille Domenica âgée de cinq ans, lorsqu’ils ont été ensevelis sous les ruines de leur demeure le 25 février 1695, suite au tremblement de terre de la Santa Costanza.
  • Le choléra frappe Borso durant l’été 1836. J’ai relevé sept décès, survenus entre le 8 juillet le 8 août, et touchant toutes les générations. Parmi les victimes figurent deux frères morts à deux jours d’intervalle : Francesco GUADAGNIN décède le 20 juillet, en l’espace de 7 heures à en croire son acte de sépulture. Son frère cadet, Giacomo Domenico GUADAGNIN s’éteint pour sa part le 22 juillet, fauché par le choléra en 24 heures.

21 juillet 1836 : obsèques à Borso de Francesco Guadagnin, décédé la veille du « cholera morbus in sette ore circa »

 

Du côté de mes ancêtres

Ce patronyme me tient particulièrement à cœur puisque c’est celui de ma Nonna. Si je m’en tiens aux GUADAGNIN de Borso, mon arbre comporte deux branches porteuses de ce patronyme, qui remontent toutes deux à Piero, né GUADAGNINI à Crespano et décédé GUADAGNIN à Borso (sosa n° 1536 et 3296).
Par contre, si je remonte la piste de ses ancêtres, les GUADAGNINI de Crespano, je trouve de nouvelles connexions qui mènent à mes grands-parents. Ce fameux Guadagnin da Crespano, fils d’Odorico, qui a donné son nom aux familles de Crespano et de Borso, est en effet le sosa n° 163848, 98304 et 210944 de mon père.

 

 

 

Laisser un commentaire