Après le sapin, voilà le marronnier : bilan 2016

Il est un moment où l’arbre du généablogueur prend la forme d’un marronnier : c’est celui du traditionnel bilan de fin d’année.
J’ai décidé une nouvelle fois de me plier à cet exercice, ne serait-ce que pour prendre un peu de recul sur mon activité généalogique.

2016 sur le site

Pour ce qui est des statistiques de visite, l’exercice va être un peu bancal car j’ai constaté voilà quelques jours que le compte de mon site dans Google Analytics a été totalement pollué par des robots spammeurs et que les chiffres sont de ce fait inexploitables.
J’avais néanmoins installé le plugin Jetpack sur mon site en décembre 2015, et j’ai pu de ce fait obtenir quelques données. Mais comment les comparer valablement avec celles des années antérieures ?…

En données « non corrigées des variations saisonnières » ça donne néanmoins :

  • 50 articles publiés dans le blog en 2016 (avec celui-ci), soit plus qu’en 2015 grâce, entre autre, à ma participation à la session 2016 du ChallengeAZ
  • 75.119 visites (contre 49.543 en 2015 et 33.324 en 2014, selon Google Analytics)
  • 143.696 pages vues (contre 115.122 en 2015 et 96.616 en 2014, selon Google Analytics)
  • 173 commentaires (ça inclut mes réponses donc il faut presque diviser par 2)

Si je ne peux tirer aucune conclusion fiable de ces chiffres, compte tenu du biais indiqué ci-dessus, une analyse des pages visitées montre toutefois la grande stabilité de la tendance perçue les années précédentes : mes visiteurs s’intéressent très peu aux articles du blog.
Les pages les plus consultées sont sans surprise celles de l’annuaire de liens généal’utiles, y compris par des non francophones car les pages en langue anglaise ou italienne sont elles aussi bien fréquentées.
Top 5 des pages de liens visitées en 2016 :

Cette classification est assez emblématique des principales régions à partir desquelles les Italiens ont émigré, en France et ailleurs.

Contre toute attente, les pages de la chronique familiale sont elles aussi assez lues, alors que j’y parle de ma famille. Il est fort possible que cela tienne au fait qu’elles sont trilingues, tout comme l’annuaire de liens. Si mes visiteurs se connectent majoritairement depuis la France, ils sont néanmoins 37 % à le faire depuis l’étranger. En tête l’Italie (17 %), puis le Brésil, la Belgique, les USA, le Canada, la Suisse…

Du côté des articles, les plus lus en 2016 ne sont pas ceux que j’ai écrits en 2016 !
Top 5 des articles lus en 2016 :

Ces textes ont un point commun : ils traitent de la pratique des recherches généalogiques et semblent de ce fait beaucoup plus intéressants que ceux où je parle de mes propres recherches.
Je pense que le généalogiste est un drôle d’animal (et je m’inclus dans la catégorie) : il adore partager ses découvertes avec les autres, mais ne s’intéresse pas tellement aux découvertes des autres 😀

Bien que j’aie orienté mon édition 2016 du #challengeAZ vers les sites d’aide et de partage, mes 26 articles n’ont pas déchainé les foules. Le plus lu n’arrive qu’en 93e place du palmarès et c’est celui du A. L’érosion s’est ensuite très vite manifestée, jusqu’au Z.

Le succès incontesté et durable de mon article sur l’ADN montre par contre l’intérêt que suscite la généalogie génétique depuis quelques années. C’est aussi l’article qui a reçu le plus de commentaires à ce jour !

p.s. : Au moment où je finalise ce texte, je découvre qu’Elise a plébiscité l’un de mes articles pratiques dans son palmarès 2016 et je l’en remercie !

2016 dans mon arbre

J’aurais pu intituler ce paragraphe « 2016 dans mes arbres », car je mène des recherches dans trois directions :

  • Mes ancêtres paternels, originaires pour la plupart de Vénétie
  • L’intégralité des familles de Borso del Grappa
  • Les porteurs de mon patronyme en Italie, afin de savoir s’ils ont tous un ancêtre commun

Mais j’ai bien du mal à trouver le temps de mener ces trois projets de front, et le troisième est resté au point mort en 2016.

Pour le deuxième, je continue à avancer doucement… A la mi novembre 2016, j’avais dépassé les 85 % de pages dépouillées et indexées, sur les près de 6000 pages d’origine. J’ai commencé ce travail début 2012, voilà donc près de 5 ans, et il n’est toujours pas terminé… Il faut dire je n’ai rien trouvé de mieux que d’ajouter 112 nouvelles pages à dépouiller fin novembre ! 🙂
Mais c’est pour la bonne cause : l’arbre Les familles de Borso del Grappa se construit peu à peu. Il compte désormais plus de 22.000 individus (dont encore quelques doublons) et j’ai pu constater en me rendant à Borso voilà un mois que plus d’une personne était intéressée par ses racines et par mon travail.

L’arbre de mes ancêtres paternels s’est lui aussi un peu étoffé en 2016, essentiellement pour les branches externes à Borso, grâce à mon séjour en Vénétie de novembre et à des appuis locaux. J’ai ainsi pu faire grandir un peu les branches de Romano d’Ezzelino, Semonzo, Rosà, Gallio ou Paderno, et ces bourgeons m’ont inspiré quelques articles, comme L’olivier de la pedemontana, ou Mon SOSA 666, un sorcier ? J’ai par contre fait « choux blanc » du côté de Mussolente, où je cherchais les ancêtres de mon aïeule Cecilia Orso. Mais une réponse négative est une réponse : je sais maintenant que je dois chercher ailleurs (et sans doute pas très loin).

Vues comparées de la roue des SOSAs de mon père, à deux ans d’intervalle. Un peu moins de lacunes… (réalisé avec GenoPresse)

Et pour 2017 ?

Pas de résolutions je vous (me) rassure, mais quelques idées et envies :

  • Avancer suffisamment dans le dépouillement de Borso pour envisager sérieusement le mode de transmission de ce travail avec, pourquoi pas, une petite expo sur place 😉
  • Ajouter un nouveau chapitre au dossier ADN…
  • Regarder de plus près l’arbre de mes racines maternelles en Haute-Savoie, que j’ai reçu en (triste) héritage fin septembre (juste plusieurs milliers d’individus à vérifier, sourcer…)
  • trouver un moyen de traduire en italien et en anglais mes articles et revoir l’organisation du site…

Bref, pas de quoi s’ennuyer cette année encore…

J’imagine facilement que cet article ne sera ni le plus lu ni le plus commenté, puisque je n’y parle que de moi… Mais j’espère néanmoins que les lecteurs iront jusqu’au bout, car c’est ici que j’ai placé mes

meilleurs vœux pour 2017 !

 


6 comments to this article

  1. Cedeca

    on 29 décembre 2016 at 20 h 49 min - Répondre

    Bonjour
    Joli bilan, j’aime beaucoup la comparaison de la roue entre décembre 2015 et décembre 2016.

    Et moij’ai beaucoup aimé votre challenge 2016… Mais il est vrai que l’on se dit qu’il faut y revenir quand on aura plus de temps car vos articles sont toujours riches et après avoir donner à lire ils donnent beaucoup d’envies à réaliser..

    • venarbol

      on 29 décembre 2016 at 21 h 27 min - Répondre

      venarbol

      Merci pour le commentaire. La roue s’est « juste un peu » enrichie, mais « chi va piano va sano »… Je l’ai obtenue avec GenoPresse, en version gratuite.

  2. Feuilles d'ardoise

    on 30 décembre 2016 at 10 h 57 min - Répondre

    Bonne année 2017 également. J’aime bien les bilans :on à l’impression d’être invité dans les coulisses du blog… Un joli bilan que le vôtre !

    • venarbol

      on 30 décembre 2016 at 12 h 46 min - Répondre

      venarbol

      Merci pour cette visite des coulisses !

  3. Antoine

    on 30 décembre 2016 at 13 h 39 min - Répondre

    Plutot que de relayer la routine de WordPress pour le bilan annuel, je pense que je vais vous imiter et offrir des statistiques plus personnalisées! Je n’ai pas encore utilisé Google Analytics.., j’y songe parfois…

    En tous les cas, votre site génère un trafic important qui est bien mérité, puisqu’il est d’une grande qualité. Joyeux réveillon de fin d’année!

    • venarbol

      on 30 décembre 2016 at 13 h 53 min - Répondre

      venarbol

      Côté qualité, je pense que votre site n’est pas en reste 😉 Merci pour la visite et bon réveillon à vous aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.