Les familles de Borso : retour sur le challengeAZ

J’avais annoncé dès le début de l’année mon intention de participer à l’édition 2017 du #challengeAZ. A cette époque j’avais déjà trouvé le thème et le sujet des 26 articles. Mais de janvier à la fin mai, je n’arrivais pas à me décider pour commencer à écrire. J’ai même songé à déclarer forfait, jusqu’au 25 mai où je me suis mis un coup de pression.

Je n’ai commencé la rédaction des 26 articles que le 25 mai. Ça a été donc été très très tendu pour tenir la cadence jusqu’au 30 juin, d’autant que professionnellement parlant mon mois de juin était très « dense ». En débutant, j’étais certaine que mes publications allaient déborder sur juillet, puis je me suis laissée prendre par le « challenge dans le challenge » et j’ai pu tenir le rythme jusqu’au bout. Autant dire que mes weekends ont été très studieux, malgré la canicule.

Le thème que j’avais choisi est lié au travail que j’ai entrepris depuis plusieurs années : construire l’arbre généalogique de toutes les familles de Borso del Grappa, ville d’origine de mon père et de mes grands-parents paternels, par un dépouillement systématique des registres paroissiaux. Outre l’arbre, je voudrais aussi essayer de retracer les liens entre les familles, la vie quotidienne, les calamités… Je cherche aussi un moyen de transmettre mes travaux à d’autres, parce que ces documents ne m’appartiennent pas et pour que mes trouvailles ne soient pas perdues à ma disparition. J’ai donc commencé à réfléchir au plan d’un ouvrage, qui comporterait un chapitre sur les principales familles… d’où le thème de ce challenge « Les familles de Borso », qui est comme un galop d’essai.

Il y a bien sûr deux gros « hics » dans mon approche : tout d’abord j’écris en français pour un public potentiel italien…,  mais chaque chose en son temps. Le second écueil réside dans le fait que l’éventail des patronymes de Borso ne couvre pas chacune des 26 lettres de l’alphabet. J’ai donc fait des entorses à la règle du challenge : deux articles pour le A, trois pour le D… et aucun pour le U, ni pour le Y… Mais j’ai néanmoins respecté les deux jalons : un A publié le 1er juin et un Z le 30 !

J’ai suivi un schéma général identique pour chaque article : quelques chiffres, la liste des mende, celle des prénoms, la période de présence dans les registres… Les patronymes étaient choisis parmi les plus fréquents sur la période des registres (1585 à 1960), en essayant de représenter au mieux chacune des lettres de l’alphabet.
J’ai pu constater qu’ils étaient tous originaires de la Vénétie, parfois même très spécifiques de la pedemontana du Monte Grappa. En près de cinq siècles, il ne se sont pas vraiment diffusés en Italie. Cela confirme l’impression que j’ai depuis que j’ai commencé ces recherches : les habitants de la région restaient sur place ou partaient très loin, dans d’autres pays voire sur d’autres continents.

Grâce aux prêtres de Borso qui ont rapidement pris l’habitude de noter la cause des décès sur les actes de sépulture, j’ai aussi pu également retracer au travers de ces 26 articles certains événements de la vie quotidienne de mes ancêtres et de leurs concitoyens :

J’ai rapidement renoncé à vérifier l’incidence du challenge sur le nombre de visites de mon blog, faute de temps et aussi car c’est un peu déprimant… Il faut dire qu’écrire en français des articles susceptibles d’intéresser quelques italiens ne favorise pas la lecture. Mais grâce à facebook, je sais que mes articles ont touché la France mais aussi l’Italie, le Brésil, l’Australie. Merci à tous mes lecteurs passés et à venir. Pour moi, le temps est venu de lire la contribution des autres challengeurs !

Une famille de Borso, au début du XXe siècle

One comment to this article

  1. Briqueloup

    on 1 juillet 2017 at 16 h 59 min - Répondre

    Un beau bilan pour un challenge réussi et agréable à lire.

Laisser un commentaire